top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Élections en Turquie : Violence et tension croissantes

La Turquie a connu une fin de campagne électorale marquée par une violence inhabituelle.

Les élections présidentielle et législatives en Turquie, prévues pour le 14 mai, s'annoncent décisives pour l'avenir politique du pays. Recep Tayyip Erdogan, qui est au pouvoir depuis deux décennies, brigue un troisième mandat présidentiel. Son principal rival, Kemal Kilicdaroglu, bénéficie quant à lui du soutien d'une alliance de partis d'opposition. Les sondages indiquent une légère avance en faveur de Kilicdaroglu, ce qui ajoute encore plus de suspense à cette compétition électorale. Cependant, la fin de la campagne électorale est marquée par une atmosphère tendue et violente. Les opposants politiques sont victimes d'insultes, de diffamations et de comparaisons à des terroristes, tandis que des incidents tels que des jets de pierre se multiplient. Selon les observateurs, il faut remonter aux années 1970 pour trouver une campagne électorale aussi violente en Turquie, voire pire.


Ce qui est particulièrement frappant cette fois-ci, c'est que cette violence est

ouvertement encouragée par les plus hautes autorités de l'État. Le candidat de l'opposition est directement désigné comme une cible, et ces provocations sont souvent alimentées par la diffusion de fausses informations par les autorités elles-mêmes. Kemal Can, un expert de la politique turque, souligne que cette situation est sans précédent. Conscient des risques encourus, Kemal Kilicdaroglu a même appelé ses partisans à rester chez eux lors de la soirée électorale, mettant en garde contre la présence possible d'éléments armés dans les rues. L'enjeu de ces élections est crucial pour l'avenir du pays, mais le climat de violence et de tension qui l'entoure soulève des inquiétudes quant à la tenue d'un scrutin libre et équitable.

3 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page