top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Élections législatives à Madagascar : Le parti AREMA face à un revers juridique majeur



Dans un développement récent qui pourrait influencer le paysage politique de Madagascar, le parti AREMA, sous la direction d'Annick Ratsiraka, a subi un revers majeur. La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a rejeté la requête du parti concernant l'enregistrement de ses candidats pour les prochaines élections législatives, suite à l'omission de documents cruciaux, notamment le quitus fiscal.


Refus catégorique des candidatures

Les candidatures d’AREMA pour les districts d’Antananarivo I, II, IV, Ambohidratrimo, entre autres, ont été initialement refusées par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) en raison de l'absence de plusieurs documents administratifs essentiels. Le parti a tenté de contester cette décision devant la HCC, cherchant une permission de dernière minute pour déposer les fonds de caution nécessaires et compléter les dossiers de candidature dans les délais légaux.


Décision de la Haute Cour Constitutionnelle

Toutefois, la HCC, dans son arrêt n°21-HCC/AR du 15 avril 2024, a confirmé la décision de la CENI, statuant que les Organismes de vérification de l’enregistrement des candidatures (Ovec) avaient des bases juridiques solides pour rejeter les dossiers incomplets d’AREMA. Le verdict souligne que le dépôt complet des pièces requises est une condition sine qua non pour la validité d'une candidature et qu'aucune dérogation n'est possible en la matière.


Conséquences et implications

Ce jugement représente un coup dur pour AREMA, qui espérait augmenter sa représentation au sein de l'Assemblée nationale. L'insistance de la HCC sur le respect strict des procédures légales établit un précédent important pour tous les futurs candidats et partis politiques, rappelant l'importance de la préparation et du respect des normes électorales.


Réflexions sur la gestion interne du parti

L'échec d'AREMA à satisfaire les exigences formelles pose des questions sur la gestion interne et la préparation du parti. Pour regagner sa crédibilité et potentiellement son influence, AREMA devra réévaluer ses stratégies et améliorer sa conformité réglementaire. Ce revers juridique souligne les défis auxquels le parti est confronté dans un contexte politique en évolution, où la rigueur et la discipline administratives sont devenues cruciales pour le succès électoral.


En conclusion, la décision de la HCC est un rappel que dans le cadre des élections législatives, le respect des procédures légales est non seulement une exigence mais une nécessité absolue pour garantir l'équité et la légitimité du processus électoral à Madagascar.

12 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page