top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Élections législatives : l’opposition en tête dans les grandes villes

Les grandes villes malgaches ont choisi l’opposition, infligeant un revers cinglant au régime actuel.



Selon les résultats provisoires de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), l’opposition est en tête dans cinq des six chefs-lieux de province, marquant une défaite majeure pour les candidats de l’administration.


Antananarivo : La ville frondeuse

Antananarivo, fidèle à sa réputation de ville frondeuse, a une fois de plus montré sa résistance face au régime en place. La capitale, indomptable, a placé cinq candidats de la plateforme Firaisankina en tête dans six de ses arrondissements. Ces résultats, annoncés hier par la CENI à Alarobia, montrent clairement que l’opposition est loin d’être aussi fragile que certains pourraient le croire. Seul le IIIème arrondissement a échappé à cette vague, avec Gascar Fenosoa en tête avec 30,04% des voix, devant Feno Ralambomanana du Firaisankina.


Les luttes serrées et les victoires

Les luttes ont été serrées, notamment dans le IVème et le VIème arrondissement. Malgré l’arrogance affichée par certains candidats de l’administration, comme Naivo Raholdina dans le Vème arrondissement et Augustin Andriamananoro dans le Ier, les candidats du Firaisankina ont presque réussi un « poa-droa » dans le IIème et le VIème arrondissement. Cette performance montre la détermination et l’efficacité de la campagne de l’opposition dans la capitale.


Fianarantsoa : Une exception pour l’administration

En dehors d’Antananarivo, Fianarantsoa reste la seule grande ville à avoir voté pour la candidate de la plateforme pour la majorité présidentielle. Marie Michelle Sahondrarimalala, ancienne ministre de l'Éducation nationale, a remporté une victoire éclatante, nourrissant l’ambition de devenir présidente de l’Assemblée nationale ou de briguer le poste de Premier ministre. Cependant, cette exception ne suffit pas à masquer les défaites cinglantes dans les autres grandes villes.


Majunga et Antsiranana : Des bastions perdus

À Majunga, et dans les deux villes d’Antsiranana, les candidats de l’opposition ont pris le dessus. Christian Afakandro a déclassé Lalao Rahantanirina, la candidate de l’IRMAR à Majunga, malgré sa visibilité tout au long du processus électoral. À Antsiranana 1 et 2, aucun candidat de la majorité n'a pu atteindre la première place. Ce désaveu clair des électeurs dans ces régions montre que le régime actuel perd du terrain, même dans ses bastions traditionnels.


Un signal d’alarme pour le régime

Avec cinq des six chefs-lieux de province entre les mains de l’opposition, le régime Rajoelina doit prendre ces résultats comme un signal d’alarme. Les électeurs ont envoyé un message clair de mécontentement et de désir de changement. Malgré les efforts pour maintenir le contrôle, les grandes villes se sont prononcées en faveur de l’opposition, mettant en lumière les failles et les insuffisances du régime actuel.


En somme, les résultats provisoires des élections législatives montrent une opposition renforcée et déterminée, capable de mobiliser et de convaincre les électeurs dans les grandes villes. Cette dynamique pourrait bien marquer le début d’une nouvelle ère politique à Madagascar, où l’opposition joue un rôle de plus en plus central dans la vie politique du pays.

5 vues0 commentaire

Comments


bottom of page