top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Élections présidentielles en Égypte : le chemin tracé pour le Maréchal Al-Sissi


L'élection présidentielle égyptienne, débutée avec le vote des expatriés le 1er décembre, s'achèvera le 12 décembre, laissant peu de doutes quant à la réélection anticipée du président sortant, Abdel Fattah Al-Sissi, pour un troisième mandat de six ans. Ce scénario, largement prévisible, soulève cependant des interrogations quant à la participation populaire, laquelle semble marquée par un désintérêt croissant pour la politique.


Un scrutin prévisible

L'issue de cette élection semble déjà tracée, avec Al-Sissi se dirigeant inévitablement vers une reconduction au pouvoir pour un troisième mandat consécutif. Depuis son arrivée au pouvoir en 2014 suite à un coup d'État ayant destitué le président démocratiquement élu Mohamed Morsi, Al-Sissi a consolidé sa position. En 2019, une réforme constitutionnelle lui a ouvert la voie pour briguer ce troisième mandat, prolongeant la durée présidentielle de quatre à six ans.


Campagne et contexte tendu

La campagne électorale s'est déroulée dans un contexte marqué par le conflit entre Israël et le Hamas, proche des frontières égyptiennes. Le président Al-Sissi, engagé dans des efforts diplomatiques pour apaiser la situation à Gaza, a évité toute participation à des débats ou réunions électorales. Pour le régime en place, la gestion habile de cette crise et la recherche d'une adhésion populaire semblent être les principaux enjeux de cette élection.


Attentes de la population

Cependant, le manque d'intérêt manifesté par une part significative de la population égyptienne envers ces élections soulève des interrogations quant à la légitimité et à la représentativité du processus électoral. Le souhait d'une gouvernance effective, la résolution des problèmes socio-économiques et une participation politique plus active demeurent des attentes persistantes parmi les citoyens.


Un renforcement du pouvoir en perspective

Cette élection, malgré son caractère prévisible, pourrait renforcer la position déjà solide du président Al-Sissi, tout en suscitant des débats quant à la démocratie et à la diversité politique en Égypte. L'absence de réel enjeu dans cette élection, combinée à un contexte international tendu, souligne les défis que doit relever le pays sur le plan intérieur et extérieur.

bottom of page