top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Éric Ciotti exclu : une journée de chaos chez Les Républicains

Le 12 juin, Éric Ciotti, président des Républicains, a été expulsé du parti après avoir annoncé un accord électoral avec le Rassemblement national. Cette décision a provoqué une onde de choc au sein de la droite française, menant à une journée tumultueuse pour le parti.



Le président des Républicains, Éric Ciotti, a déclenché une tempête politique en acceptant une alliance électorale avec le Rassemblement national pour les législatives anticipées. Cette décision, annoncée le mardi 11 juin, a été perçue comme une trahison par de nombreux membres du parti. Les barons de la droite ont réagi rapidement et fermement, demandant l'expulsion de Ciotti. À midi, le président du parti a demandé la fermeture des bureaux pour "garantir la sécurité du personnel", marquant le début d'une journée agitée.


L'exclusion de Ciotti

Le mercredi 12 juin, Éric Ciotti a été officiellement exclu du parti Les Républicains. Malgré son poste de chef du parti, il s'est retrouvé isolé, même par ses plus proches collaborateurs. Annie Genevard, membre influente du parti, a symboliquement demandé de l'aide pour fermer le portail du siège du parti, illustrant la rupture profonde et le poids symbolique de cette décision. Ciotti, se retranchant dans son bureau parisien, a refusé de quitter son poste sans l'appui des militants, soulignant ainsi la division interne et son appel désespéré à la base du parti.


Les réactions au sein du parti

L'annonce de l'accord avec le Rassemblement national a provoqué une réaction en chaîne parmi les membres des Républicains. De nombreux barons du parti ont immédiatement pris leurs distances avec Ciotti, dénonçant une alliance qu'ils considèrent comme contraire aux valeurs fondamentales de la droite traditionnelle. Cette réaction unanime d'exclusion montre à quel point la décision de Ciotti a été perçue comme une menace existentielle pour l'identité et l'avenir du parti.


La crise des Républicains

La crise provoquée par l'accord avec le Rassemblement national n'est pas seulement une question de leadership, mais aussi de direction idéologique pour Les Républicains. Le parti, déjà en difficulté, se retrouve maintenant face à une division interne majeure. Cette situation pourrait avoir des conséquences durables sur la cohésion du parti et sa capacité à se présenter comme une alternative crédible aux prochaines élections. Le défi pour Les Républicains est de retrouver une unité et de redéfinir leur positionnement politique à la lumière de cette crise.


L'appel de Ciotti aux militants

Éric Ciotti, refusant de quitter son poste sans un dernier combat, en appelle désormais aux militants du parti. Cet appel montre à quel point il se sent trahi par l'establishment du parti et combien il compte sur le soutien de la base pour légitimer son action. Il espère que les militants, qui pourraient partager son point de vue sur l'alliance avec le Rassemblement national, le soutiendront dans cette période de turbulences. Cet appel direct aux militants pourrait bien être la dernière carte de Ciotti dans cette bataille interne.


La journée du 12 juin restera marquée comme une date clé dans l'histoire récente des Républicains. L'exclusion d'Éric Ciotti après son accord avec le Rassemblement national a non seulement secoué les fondations du parti mais a aussi mis en lumière les profondes divisions idéologiques au sein de la droite française. Les semaines à venir seront déterminantes pour voir comment Les Républicains pourront surmonter cette crise et se repositionner sur l'échiquier politique national.

6 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page