top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Alliance SHS Afrique : intégrer les dimensions socio-culturelles dans la réponse aux épidémies


Un ambitieux projet baptisé Alliance SHS Afrique a vu le jour, visant à établir un réseau d'experts chargés d'intégrer les dimensions socio-culturelles dans la réponse aux épidémies. Les pays participants à ce projet comprennent le Cameroun, la Côte d'Ivoire, Madagascar, le Niger, la République Centrafricaine, le Sénégal et la Tunisie. Le projet est financé par le Fonds de Solidarité pour les Projets Innovants (FSPI) du ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères et est piloté par l'Institut Pasteur de Madagascar, en collaboration avec l'Institut Pasteur à Paris.


L'objectif principal du projet Alliance SHS Afrique est de développer une "boîte à outils d'investigation en SHS prête à l'emploi". Cette ressource comprendra un MOOC (Massive Open Online Course) sur les dimensions sociales des épidémies, des références bibliographiques, des guides pratiques et des modules de formation. Tous ces outils seront en accès libre et pourront être utilisés par l'ensemble des acteurs impliqués dans les politiques de santé en contexte épidémique pour mieux comprendre les aspects socio-culturels.


L'objectif ultime est de faciliter la collecte de données en tenant compte des spécificités des systèmes de santé locaux et des besoins des parties prenantes de chaque pays participant. En intégrant ces dimensions socio-culturelles, il devient possible de mieux préparer et répondre aux épidémies, ainsi que de soutenir les interventions en santé publique.


Le projet Alliance SHS Afrique comprend également une étude multicentrique visant à examiner les effets de la vaccination contre la COVID-19 par rapport aux autres dispositifs vaccinaux intégrés dans les programmes de routine des pays partenaires.


En somme, ce projet ambitieux vise à renforcer la capacité des pays participants à intégrer les dimensions sociales et culturelles dans la préparation et la réponse aux épidémies, contribuant ainsi à une meilleure gestion des crises sanitaires et à une réponse plus adaptée aux besoins des communautés locales.

bottom of page