top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Amnesty International : préoccupations sur les droits humains à Madagascar en 2023

L’ONG Amnesty International a publié en avril 2023 un rapport mitigé sur la situation des droits humains à Madagascar, mettant en lumière des préoccupations significatives concernant les libertés fondamentales, la discrimination, et les impacts des catastrophes naturelles.



Le rapport d’Amnesty International souligne que l’année 2023 a été marquée par des mesures restrictives imposées par les autorités malgaches, particulièrement durant la période préélectorale de l’année dernière. Ces restrictions ont principalement affecté les partis d’opposition, limitant leur capacité à mener librement leurs activités de campagne avant l’élection présidentielle de novembre.


La décision du ministère de l’Intérieur d’interdire les réunions politiques en dehors des lieux clos et d’exiger des autorisations pour toute manifestation publique a été critiquée par Amnesty International. Selon l’organisation, cette ordonnance, appliquée tout au long de la campagne présidentielle, ne respectait pas les normes internationales relatives au droit de réunion pacifique. Entre le 10 octobre et le 16 novembre, au moins 20 violations des droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique ont été documentées.


Utilisation abusive du droit pénal

Amnesty International a également mis en lumière l'utilisation abusive du droit pénal par les autorités pour arrêter, placer en détention ou menacer des personnes exprimant des opinions divergentes. Le rapport fait écho aux préoccupations du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) quant à la détérioration de la situation des droits humains dans le pays.


Discrimination et inégalités

Le rapport dresse un tableau sombre des pratiques discriminatoires à Madagascar, affectant particulièrement les femmes et les filles, les personnes LGBTI, et les personnes atteintes d’albinisme. Les droits reproductifs des femmes sont sévèrement restreints, avec l’avortement interdit en toutes circonstances. La discrimination liée au genre est très répandue, affectant de manière disproportionnée les femmes et les filles, notamment dans le milieu éducatif.


Impacts des catastrophes naturelles

Amnesty International a également abordé les défis humanitaires et les impacts des catastrophes naturelles, en particulier les cyclones Cheneso et Freddy au début de l’année 2023. Le rapport souligne que, bien que la situation dans la région du Grand Sud, sévèrement touchée par la sécheresse, se soit quelque peu stabilisée grâce à une amélioration de l’accès à l’aide humanitaire, la sécurité alimentaire reste extrêmement précaire. La dépendance des populations locales à l’égard de l’aide humanitaire les rend vulnérables face à de nouveaux phénomènes météorologiques extrêmes, exacerbés par le changement climatique.


Accord de Paris et financement climatique

Dans son rapport, Amnesty International plaide pour un financement accru des impacts du changement climatique à Madagascar. L’ONG critique le manque de soutien financier des États développés, malgré leurs obligations au titre de l’Accord de Paris. Ce manque de fonds entrave la capacité du pays à s’adapter aux changements climatiques et à gérer les pertes et préjudices en résultant. Amnesty International appelle les pays développés à respecter leurs engagements financiers et à soutenir les efforts d’adaptation et de résilience de Madagascar.


Déplacements forcés et abus

Le rapport met également en lumière l’augmentation des migrations internes dues aux phénomènes climatiques et les abus qui en découlent. Amnesty International rapporte que plus de 2 000 personnes de la région du Grand Sud ont été contraintes de quitter leurs foyers à cause de la sécheresse sévère, se réinstallant dans des zones urbaines et rurales du nord du pays. Ces déplacements ont engendré des tensions avec les populations d’accueil et des cas de violences sexuelles, de traite d’êtres humains et d’autres abus ont été signalés.


Efforts du gouvernement

Amnesty International reconnaît néanmoins les efforts du gouvernement malgache en matière de prévention des catastrophes. Des mesures telles que la diffusion d’alertes et l’évacuation des zones à risque ont été mises en place pour minimiser les impacts des cyclones. Ces efforts montrent une volonté d'améliorer la gestion des crises et de protéger les populations vulnérables.


Le rapport d’Amnesty International sur la situation des droits humains à Madagascar en 2023 présente un bilan mitigé. Bien que des progrès aient été réalisés dans certains domaines, de nombreuses préoccupations subsistent, notamment en matière de libertés fondamentales, de discrimination et de gestion des impacts des catastrophes naturelles. La communauté internationale et les autorités malgaches doivent redoubler d’efforts pour garantir le respect des droits humains et améliorer les conditions de vie des populations les plus vulnérables.

1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page