top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Andry Raobelina insiste sur un nouveau report électoral: un cas de force majeure plaidé


La scène politique a été témoin d'un développement inattendu lorsque les avocats d'Andry Raobelina, candidat N°7 à l’élection présidentielle, ont introduit une demande inhabituelle auprès de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC). Ce nouveau recours, déposé récemment, invoque un "cas de force majeure" dans l'espoir d'obtenir un report supplémentaire du premier tour des élections présidentielles.


L’état de santé d’Andry Raobelina : obstacle à sa campagne

Suite à une opération chirurgicale délicate de l’œil, Andry Raobelina se trouve dans l'impossibilité de poursuivre activement sa campagne électorale. Réalisée à l’île Maurice, cette intervention médicale requiert un suivi rigoureux et des consultations postopératoires, entravant significativement sa participation au processus démocratique. C'est sur la base de ces éléments médicaux que les représentants légaux du candidat ont fondé leur requête.


La constitution en soutien du candidat ?

L’argument central de cette démarche repose sur l’article 47, alinéa 4 de la Constitution. Maître Luc Marcel Rakotonirina, principal avocat du candidat, a présenté des justificatifs médicaux interdisant tout voyage aérien à Andry Raobelina pour une durée de 30 jours. Cette situation, selon la défense, devrait suffire à motiver un report des élections pour permettre une concurrence équitable et la participation de tous les candidats.


Un antécédent de conflit avec la HCC

Il est crucial de noter que ce n’est pas la première confrontation entre Andry Raobelina et la HCC. Une précédente requête avait été soumise et rejetée, malgré la gravité de la blessure subie par le candidat lors d'une manifestation. La Cour avait alors statué sur le caractère prévisible du risque, éliminant ainsi la qualification de force majeure nécessaire à l'application de mesures exceptionnelles.


Une décision antérieure controversée

Contre toute attente, malgré le rejet de la première demande, la HCC a décidé de reporter le scrutin au 16 novembre. Cette décision, fondée sur son rôle de régulateur des institutions, a suscité diverses réactions, soulignant l'importance cruciale de la stabilité institutionnelle pour la crédibilité du processus électoral.


En quête de légitimité et d’équité

La situation actuelle soulève des questions fondamentales sur l’équité et la légitimité du processus électoral. Alors que la santé d'Andry Raobelina impose des restrictions majeures à sa campagne, la demande de report représente plus qu'une convenance personnelle; c'est un test pour la démocratie, mettant en balance les droits individuels des candidats et la nécessité d'un processus électoral ininterrompu.

un précédent décisif pour la démocratie La résolution de cette affaire aura des implications profondes pour l'avenir politique. Elle définit non seulement le déroulement des élections actuelles mais établit également un précédent pour les situations futures de "force majeure". Les prochains jours détermineront si le système juridique est équipé pour balancer compassion et légalité tout en préservant l'intégrité démocratique.


4 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page