top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Antananarivo : dépouillement dans le noir

La JIRAMA plonge la capitale malgache dans l'obscurité au moment crucial du dépouillement des votes, semant panique et suspicion.



Hier soir, au moment où les bureaux de vote d’Antananarivo s’apprêtaient à débuter le dépouillement des votes pour les élections législatives, une coupure d’électricité généralisée a plongé la ville et ses environs dans le noir. Cette panne, survenue à un moment critique, a été attribuée à la JIRAMA, la compagnie nationale d’électricité, déjà connue pour ses fréquentes interruptions de service. Les conséquences de cette panne se sont révélées désastreuses, tant pour le bon déroulement des élections que pour la confiance du public dans le processus électoral.


Un Black-out inattendu

La coupure a touché toutes les circonscriptions desservies par le Réseau Interconnecté d’Antananarivo (RIA), y compris des zones telles qu'Antsirabe, Arivonimamo, Ambohimangakely, Atsimondrano, Avaradrano, Ampitatafika, Andoharanofotsy, et l’ensemble d’Antananarivo Renivohitra. Au moment où les agents électoraux allaient commencer le dépouillement des bulletins de vote, la lumière s'est éteinte soudainement, provoquant une véritable panique parmi les électeurs et les responsables présents.


Manque de préparation

De nombreux bureaux de vote se sont retrouvés sans aucun moyen d’éclairage de secours. À Tsimbazaza, par exemple, les agents ont dû recourir aux lampes torches de leurs téléphones portables pour continuer le dépouillement. Ce manque de préparation a mis en lumière les failles logistiques et organisationnelles du processus électoral, ajoutant une couche supplémentaire de chaos à une situation déjà tendue.


Panique et suspicion

La coupure de courant n’a pas seulement retardé le dépouillement; elle a également alimenté des soupçons de fraude électorale, ou « halabato », parmi les électeurs. Bien que les candidats du pouvoir et ceux de l’opposition aient tous été affectés par la panne, la simultanéité et l’ampleur de l’interruption ont suscité des théories de sabotage. Plusieurs observateurs ont souligné que cette coupure, survenant à un moment aussi critique, semblait plus être un acte délibéré qu’un simple incident technique.


Réactions Politiques et Sociales


Les réactions ne se sont pas fait attendre. Les candidats des deux camps ont exprimé leurs préoccupations quant à l’impact de cette panne sur la transparence et l’intégrité du processus électoral. Les citoyens, déjà méfiants vis-à-vis du système, ont vu dans cet incident une preuve supplémentaire de la fragilité et de la corruption potentielles des institutions chargées de garantir des élections libres et équitables.


Appels à une enquête

Face à l’ampleur de la situation, de nombreuses voix se sont élevées pour exiger une enquête approfondie et indépendante. Il est crucial de déterminer les causes exactes de cette panne et d’identifier les responsables, qu’il s’agisse de négligence ou de malveillance. Une enquête transparente est essentielle pour restaurer la confiance du public et assurer que de telles interruptions ne se reproduisent plus à l’avenir.


Conséquences pour la démocratie

La confiance des électeurs dans le processus démocratique est déjà mise à rude épreuve par des années de troubles politiques et de corruption. Cet incident ne fait qu’aggraver la situation, mettant en danger la légitimité des résultats électoraux et, par extension, la stabilité politique du pays. Il est impératif que les autorités prennent des mesures décisives pour garantir la transparence et la sécurité du processus électoral à l’avenir.


Solutions et mesures préventives

Pour éviter que de tels incidents ne se reproduisent, il est nécessaire de mettre en place des mesures préventives. Cela inclut la fourniture d’équipements de secours dans tous les bureaux de vote, une meilleure planification logistique et des protocoles stricts pour faire face aux pannes d’électricité. De plus, une réforme en profondeur de la JIRAMA pourrait être envisagée pour améliorer la fiabilité du réseau électrique.


Le black-out qui a frappé Antananarivo au moment du dépouillement des votes est un rappel sombre des défis auxquels la démocratie malgache est confrontée. La panique et les suspicions générées par cette panne mettent en lumière la nécessité d’une gestion plus rigoureuse et transparente des élections. Alors que le pays attend les résultats de l’enquête, cet incident restera gravé dans les mémoires comme un exemple frappant des obstacles à surmonter pour garantir des élections libres et équitables à Madagascar.

3 vues

Comentarios


bottom of page