top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Apiculture à Madagascar : une filière prometteuse en difficulté

L’apiculture à Madagascar, bien que prometteuse, fait face à des défis considérables, notamment le déclin du nombre d’abeilles, essentiel pour la production de miel et la pollinisation des cultures.



L’apiculture attire de plus en plus d’acteurs à Madagascar, avec une augmentation notable du nombre d’apiculteurs, tant professionnels qu’amateurs. Beaucoup de particuliers installent des ruches dans leurs jardins, motivés par les bénéfices économiques et écologiques de cette activité. Cependant, malgré cet engouement, la filière apicole rencontre des difficultés majeures dues au déclin des populations d’abeilles.


Causes du déclin des abeilles

Lors de la célébration de la Journée mondiale des abeilles, organisée par le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage en partenariat avec la Maison de l’Apiculture Malagasy (MAM) et avec l’appui de la FAO, plusieurs facteurs expliquant ce déclin ont été exposés. Les pressions anthropiques, telles que le développement de l’agriculture intensive et de l’industrie, ainsi que les facteurs environnementaux et le changement climatique, sont parmi les principales causes identifiées. Le thème de l'événement, « Engageons-nous. Volons au secours des abeilles », reflète l'urgence d'agir pour préserver ces pollinisateurs essentiels.


Importance des abeilles pour l’agriculture

Les abeilles jouent un rôle crucial au-delà de la production de miel. Elles sont des auxiliaires indispensables de l’agriculture, améliorant la qualité et le rendement des cultures grâce à la pollinisation. Les abeilles contribuent à augmenter les rendements de production de 15 à 30 %, tout en améliorant la qualité des semences. Environ 35 % de nos ressources alimentaires dépendent de la pollinisation par les insectes, dont les abeilles, qui pollinisent environ 80 % des plantes. En plus de leur rôle agricole, les abeilles produisent du miel, une source de revenu importante pour les paysans et un produit d'exportation clé.


Préservation de la biodiversité

Les abeilles contribuent également à la protection de la biodiversité en agissant comme des sentinelles de l’environnement. Par la pollinisation croisée, elles favorisent la résilience et l’adaptation des écosystèmes face aux effets du changement climatique. Une seule abeille peut visiter jusqu’à 5 000 fleurs, parcourir 30 km et récolter 500 mg de nectar en une journée, produisant 2 à 5 grammes de miel au cours de sa vie. Pour produire un kilogramme de miel, il faut que les abeilles butinent environ 1 200 000 fleurs, soulignant l'importance de maintenir des habitats riches en fleurs pour leur survie.


Promotion d’une apiculture durable

La Journée mondiale des abeilles a été l’occasion pour les parties prenantes d’échanger sur les meilleures pratiques pour promouvoir une apiculture durable. La préservation de la race endémique des abeilles de Madagascar, « Apis melliferac unicolor », est cruciale. Luxa Apiculture, une entreprise locale, produit hebdomadairement une quarantaine de reines sélectionnées de cette race endémique grâce à des recherches scientifiques avancées. L’objectif est de renforcer les colonies d’abeilles face à leur déclin.


Reboisement et formation

Pour répondre à ces défis, il est essentiel de restaurer les forêts avec des espèces autochtones et de cultiver des plantes mellifères. Des formations doivent être organisées pour les apiculteurs afin de vulgariser les meilleures techniques de lutte contre les maladies affectant les abeilles, comme la varroase. Mihamina Razafialison, le gérant de Luxa Apiculture, souligne l’importance de ces formations, car les méthodes traditionnelles utilisées, telles que le « ravintseva » ou le tabac, restent inefficaces contre cette maladie.


L’apiculture à Madagascar, malgré son potentiel, est confrontée à des défis importants. La conservation des abeilles, la promotion d’une apiculture durable et la sensibilisation aux valeurs écologiques et économiques des abeilles sont essentielles pour assurer l’avenir de cette filière. Les efforts de toutes les parties prenantes, combinés à des politiques de soutien et à la recherche scientifique, sont nécessaires pour surmonter ces obstacles et garantir une production apicole prospère et durable.

18 vues

Comments


bottom of page