top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Art et politique: le double jeu des artistes lors des élections 2023


À l'aube des élections présidentielles de 2023, un phénomène captivant se dévoile. Des artistes de renom, autrefois perçus comme des symboles d'expression libre et de résistance, naviguent dans les eaux tumultueuses de la politique. Plutôt que de rester sur la ligne de touche, nombreux sont ceux qui prêtent leur voix et leur image à différents candidats, monnayant leur influence auprès du public.


Cette tendance n'est pas nouvelle, mais elle prend une ampleur particulière cette année. En 2018, le tube de Rijade, véritable hymne de liberté, résonnait déjà comme une critique subtile de la politique. Aujourd'hui, le refrain « Eh copine… Asio vôla am-pôsonao » retrouve une résonance spéciale, symbolisant la détermination des artistes à capitaliser sur l'arène politique sans nécessairement s'aliéner à la cause d'un candidat.


Entre solidarité et rivalité: une danse délicate

Ces artistes, bien qu’œuvrant pour des candidats rivaux, évitent une concurrence directe entre eux, illustrant parfaitement la mentalité de « Je ne t’envie pas, je ne te considère pas comme un rival ». Ils marchent sur une corde raide, balançant entre solidarité dans l'industrie créative et la nécessité de « travailler », dans son sens le plus capitaliste.

Cette situation crée un paradoxe intéressant. Contrairement aux candidats eux-mêmes, dont l’objectif est de gagner des voix, les artistes flottent dans une zone grise. Ils soutiennent leurs mécènes temporaires, non par fidélité idéologique, mais comme un simple échange commercial.


La course contre la montre politique

Tandis que certains candidats luttent pour ne pas être distancés, comme le souligne le départ précipité du numéro 13, les artistes continuent de jouer selon leurs propres règles. Le single de Wawa, autrefois un chant célébrant les triomphes sportifs malgaches, est désormais récupéré pour surfer sur la "vague jaune" de la campagne.


Ces collaborations, bien que lucratives, ne sont pas sans risque. Les artistes s’exposent à une perte potentielle de respect ou de crédibilité auprès de certains admirateurs. Ce commerce de l’influence remet en question l'intégrité de l’art lui-même, poussant le public à se demander si ces associations sont le résultat d'une passion pour le changement ou simplement un moyen d’« éviter de perdre du temps ».


Vers un avenir incertain

Alors que la date fatidique du 16 novembre 2023 se rapproche, l'anticipation monte. Qui chantera la chanson de la victoire ? Les artistes seront-ils récompensés de leur audace, ou auront-ils aliéné une partie de leur base de fans ? Seul l'avenir dira si ce mariage de la musique et de la politique est une stratégie gagnante ou une mélodie désaccordée.


Le rôle des artistes dans ces élections est donc à double tranchant. Ils ne sont pas seulement des performeurs, mais aussi des pions dans un jeu politique plus vaste. Leur influence peut osciller entre le pouvoir d'inspirer la société et le risque de devenir un simple outil de propagande. Dans ce théâtre d'ambiguïté, la musique ne sert plus uniquement de divertissement mais devient un acteur silencieux de la destinée politique d'une nation.

4 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page