top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Atsimo Andrefana : un appel aux grands investisseurs pour rompre le cycle de la pauvreté

Atsimo Andrefana : un appel urgent aux investisseurs pour briser le cycle de la pauvreté.



La région d'Atsimo Andrefana, malgré ses vastes ressources naturelles, est l'une des plus pauvres de Madagascar. Avec un taux de pauvreté estimé à 81 % à Toliara, cette situation contraste fortement avec les richesses potentielles de la région. Motata, président de plusieurs associations à Toliara, milite pour l'implantation d'entreprises capables d'exploiter ces ressources de manière durable et efficace pour sortir la population de la pauvreté extrême.


Un contexte de pauvreté aiguë

Selon la Banque mondiale, le Sud de Madagascar, comprenant les régions Anosy, Androy et Atsimo Andrefana, enregistre la plus forte concentration de pauvreté, avec 91 % de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté. Cette situation est aggravée par un sous-investissement chronique, une insécurité croissante due au banditisme et à la prolifération des milices, et des conditions climatiques défavorables telles que la sécheresse pluriannuelle. Les moyens de subsistance de la population, principalement axés sur l'agriculture et la pêche de subsistance, sont insuffisants pour fournir du travail à tous et restent vulnérables aux chocs naturels et économiques.


Les effets du sous-investissement

La Banque mondiale souligne que le sous-investissement historique dans le Sud de Madagascar a retardé le développement de la région par rapport au reste du pays. Les conditions de vie précaires, exacerbées par la pandémie de Covid-19, ont conduit à une dépendance accrue à l'égard de l'aide humanitaire. Pourtant, le Sud regorge de richesses naturelles, notamment minières, qui pourraient être exploitées pour inverser la tendance de la pauvreté extrême. La situation actuelle a attiré l'attention des notables et des associations locales, qui appellent les autorités publiques à prendre des mesures décisives pour attirer des investissements.


Appel aux investisseurs

Pour briser ce cycle de pauvreté, la création d'emplois est essentielle. Motata, à travers ses diverses associations, plaide pour la relance des activités économiques et l'implantation de nouveaux investisseurs. « Il suffit de relancer les activités des sociétés qui avaient existé et de faciliter l’implantation de nouveaux investisseurs capables de contribuer au développement de la région », soutient-il. L'appel aux grands investisseurs, en particulier dans le secteur minier, est vu comme une solution rapide pour créer des emplois et stimuler l'économie locale. La présence d'entreprises comme Base Toliara pourrait apporter des investissements significatifs et des opportunités d'emploi, contribuant ainsi à la réduction du chômage et à l'amélioration des conditions de vie.


Exploiter le potentiel du grand Sud

Les ressources naturelles du Sud, si elles sont exploitées de manière rationnelle, pourraient transformer la région en un pôle de développement économique. Erody Dignot, président de la plateforme Hanavotra an’i Toliara (HATO), confirme que la situation sociale est très difficile, avec une stagnation, voire une baisse des revenus des ménages. La hausse vertigineuse des prix des produits de première nécessité et la baisse de la productivité dans l'agriculture, l'élevage et la pêche aggravent les difficultés. Cependant, il reste optimiste sur le potentiel de la région : « Au contraire, ce sont les potentiels de Toliara qui incitent les migrants à venir y vivre », déclare-t-il.


Vivier d’entreprises et développement durable

La création d'emplois dans la région d'Atsimo Andrefana est cruciale pour rompre le cycle de la pauvreté. Pour cela, il est impératif de relancer les entreprises existantes et d'attirer de nouveaux investisseurs. La mise en place d'un cadre favorable à l'investissement, incluant des incitations fiscales et des garanties de sécurité, pourrait attirer des entreprises capables de contribuer au développement de la région. Le renforcement des infrastructures, telles que les routes, les ports et les systèmes de communication, est également essentiel pour soutenir cette croissance économique.


Un appel à l’action

Motata et d'autres leaders locaux appellent les autorités et les investisseurs à agir rapidement pour exploiter le potentiel du Sud de Madagascar. La mobilisation des ressources locales et internationales, le renforcement de la sécurité et la mise en place de politiques favorables à l'investissement sont des étapes cruciales pour transformer cette région. La collaboration entre les autorités locales, les associations et les investisseurs est essentielle pour assurer un développement durable et inclusif.


Vers un avenir prospère

Le Sud de Madagascar, malgré ses défis, possède un potentiel énorme pour devenir un moteur de croissance économique. L'appel aux grands investisseurs pour exploiter les ressources naturelles de manière durable est une voie prometteuse pour sortir la population de la pauvreté extrême. En créant des emplois et en stimulant l'économie locale, la région d'Atsimo Andrefana pourrait non seulement améliorer les conditions de vie de ses habitants, mais aussi contribuer de manière significative au développement national. La transformation de cette région nécessite une volonté politique forte, un engagement des investisseurs et une collaboration étroite entre toutes les parties prenantes.

6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page