top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Augustin Andriamananoro, candidat à parité après sa démission ministérielle



Augustin Andriamananoro, jusqu'ici ministre de la Communication et de la Culture, a officiellement démissionné hier, remettant sa lettre de démission ainsi qu'une copie de son rapport d'activités au Secrétaire Général de la Présidence, Claude Fanohiza. Cette démarche respecte l'article 64 de la Constitution, qui exige la démission de tout membre du gouvernement se portant candidat à un mandat électif dès l'acceptation de sa candidature. Avec l'annonce de la liste des candidats aux législatives par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Andriamananoro se présente désormais comme un "simple citoyen".


Une candidature sans privilèges

Dans sa déclaration, Andriamananoro a souligné l'équité de sa position en tant que candidat, réfutant toute notion de "candidat d'État" qui pourrait lui conférer des avantages injustes. Il insiste sur le fait que sa démission garantit une campagne électorale dépourvue de l'utilisation abusive des ressources étatiques. Ce geste vise à rassurer l'électorat et les autres candidats quant à l'intégrité du processus électoral, où il se voit comme un candidat parmi d'autres, sujet aux mêmes conditions et opportunités.


Un engagement local audacieux

Contrairement à d'autres ministres candidats qui ont choisi de se présenter dans leurs régions d'origine pour maximiser leurs chances, Andriamananoro a opté pour Antananarivo I, une décision qui témoigne de son engagement envers la capitale. Il met en avant ses réalisations durant son mandat de moins de 100 jours, notamment l'organisation du "Taom-baovao malagasy", un événement célébrant l'union et la réconciliation, ainsi que les efforts pour la restitution du Kabeso de l’Ampanjaka Toera, enrichissant ainsi son bilan ministériel.


Perspectives électorales et démocratie

Andriamananoro se positionne clairement pour les prochaines élections législatives, considérées comme cruciales pour la stabilité démocratique de Madagascar. Son parcours et ses réalisations récentes sont au cœur de sa campagne pour un siège à Tsimbazaza. Cette transition de son rôle de ministre à celui de candidat indépendant illustre son engagement envers une gouvernance transparente et équitable, affirmant que "les élections sont le gage d'une démocratie stable".

3 vues0 commentaire

Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
bottom of page