top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Autoroutes et transition écologique : l'enjeu de la fin des concessions


Les contrats de concessions autoroutières, amorcés en 2005 et s'étendant jusqu'entre 2031 et 2036, approchent de leur terme. Cette période charnière offre une opportunité historique qu'il convient de saisir. Elle marque la clôture d'une politique d'investissements publique initiée en 1955, fondée sur le péage versé par les usagers et l'emprunt. Cette politique, couronnée de succès, pourrait devenir un modèle de financement pour la transition écologique.


En 1955, la loi prévoyait la gratuité des autoroutes une fois les dettes acquittées. Cette vision a été concrétisée en Espagne : l'autoroute reliant la France à Barcelone est redevenue gratuite en 2021.


En France, des autoroutes déjà amorties, telles que Lille-Paris-Lyon-Marseille, continuent de percevoir des péages. Ces revenus servent à financer le développement de régions où les faibles flux de trafic ne permettent pas de rentabiliser les investissements sans recourir aux impôts.


La stratégie d'adossement a stimulé rapidement la croissance du réseau jusqu'à la privatisation des sociétés concessionnaires en 2005. Ces adossements ont été réalisés avec l'assentiment des usagers, qui continuaient à payer un péage existant. Cette approche diffère fondamentalement de l'imposition d'une redevance sur un itinéraire initialement gratuit (l'échec du projet de "péage poids lourds" reste dans les mémoires).


L'opportunité de réorienter les fonds

La fin des concessions autoroutières offre une opportunité exceptionnelle de repenser l'utilisation de ces ressources financières. Cette transition peut être orientée vers des investissements durables, à savoir la transition écologique.


La logique initiale de la loi de 1955 pourrait inspirer une révision du modèle de péage autoroutier, en faisant de la fin des concessions une source de financement pour des initiatives écologiques. Ces fonds pourraient être réaffectés à des projets visant à moderniser les infrastructures de transports, encourager la mobilité douce et financer des solutions respectueuses de l'environnement.


Vers une réforme efficace

Une réforme structurée et anticipée, basée sur la fin des concessions autoroutières, pourrait être l'opportunité idéale pour repenser la contribution des usagers aux enjeux écologiques. Cela nécessiterait une réflexion stratégique afin de canaliser ces ressources financières vers des initiatives qui favorisent la transition vers un modèle de transport plus durable et respectueux de l'environnement.

19 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page