top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Aux Pays-Bas, débat sur la commande de sous-marins à Naval Group

La récente commande de sous-marins par les Pays-Bas à l'industriel français Naval Group suscite un vif débat politique, avec des implications potentielles pour l'industrie nationale néerlandaise.



En mars, Naval Group, leader européen de la construction navale de défense, a remporté un appel d'offres lancé en 2017 par le gouvernement néerlandais pour le remplacement des sous-marins Walrus de la marine nationale. Ce contrat, portant sur la livraison de quatre sous-marins océaniques de type Barracuda à propulsion diesel-électrique, a été attribué au groupe français face à la concurrence du consortium néerlando-suédois Damen-Saab et de l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems.


Le rôle du Parti pour la liberté (PVV)

Depuis l'arrivée au pouvoir du Parti pour la liberté (PVV), formation d'extrême droite dirigée par Geert Wilders, les priorités en matière de défense et de politique industrielle sont remises en question. Le PVV critique l'attribution de ce contrat à Naval Group, arguant qu'il n'est pas suffisamment favorable à l'industrie nationale néerlandaise. Selon le PVV, l'offre du groupe français ne profiterait pas assez aux entreprises locales et pourrait nuire à l'économie nationale.


Les enjeux économiques et politiques

Le débat autour de ce contrat met en lumière les tensions entre les impératifs économiques nationaux et les engagements internationaux. Pour les partisans du contrat avec Naval Group, la technologie avancée et la fiabilité des sous-marins Barracuda justifient ce choix. Cependant, les critiques, menées par le PVV, soulignent que les intérêts de l'industrie nationale doivent primer, et qu'une collaboration avec des partenaires locaux comme Damen-Saab aurait été plus bénéfique pour l'économie néerlandaise.


Réactions des acteurs impliqués

Naval Group défend son contrat en mettant en avant l'expertise et les capacités de ses sous-marins, tout en affirmant son engagement à collaborer avec des sous-traitants néerlandais. De leur côté, Damen-Saab et ThyssenKrupp Marine Systems contestent la décision, affirmant que leurs offres respectives étaient compétitives et plus alignées avec les intérêts économiques des Pays-Bas.


L'avenir du contrat

Le nouveau gouvernement de coalition dirigé par le PVV pourrait remettre en cause le contrat attribué à Naval Group. Une réévaluation de l'appel d'offres n'est pas exclue, et des discussions sont en cours pour déterminer la meilleure voie à suivre. Le débat politique et économique entourant cette commande de sous-marins est révélateur des défis auxquels sont confrontés les gouvernements lorsqu'il s'agit de concilier sécurité nationale, intérêts économiques et relations internationales.


Une décision complexe

La commande de sous-marins par les Pays-Bas à Naval Group est au cœur d'un débat intense, illustrant les complexités de la politique de défense et de l'industrie nationale. Alors que le PVV et ses alliés plaident pour une révision du contrat en faveur de l'industrie locale, les partisans de Naval Group soulignent les avantages technologiques et sécuritaires de leur offre. L'issue de ce débat aura des répercussions importantes non seulement pour les relations entre les Pays-Bas et la France, mais aussi pour la stratégie de défense et l'économie néerlandaises. Le gouvernement devra naviguer prudemment pour trouver un équilibre entre ces divers intérêts et prendre une décision qui satisfasse le plus grand nombre.

13 vues0 commentaire

Comments


bottom of page