top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Bacc à la lueur des bougies : incompétence des organisateurs, les candidats sacrifiés.

Un véritable fiasco au baccalauréat ! Une fuite de sujet d'histoire géographie déclenche l'ire des candidats qui subissent une épreuve de rattrapage dans des conditions éprouvantes. Scandale et incompétence des organisateurs révélés au grand jour !


Hier après-midi, le baccalauréat a été secoué par un scandale sans précédent. Une fuite massive du sujet d'histoire-géographie a provoqué l'interruption de l'épreuve dans plusieurs centres d'examen du pays. Les candidats, déjà sous pression, ont été confrontés à des heures d'attente et à l'angoisse du devoir refait à la hâte. L'incompétence flagrante des organisateurs a jeté le discrédit sur l'intégrité du processus d'examen.


Les conséquences de cette fuite de sujet ont été désastreuses pour les candidats. Dans certains centres d'examen, comme le CEG Antanimena, l'épreuve a été brusquement interrompue à 14 h, laissant les candidats désemparés. Face à cette situation chaotique, les candidats ont dû patienter pendant des heures dans l'incertitude, tandis que le ministère tardait à fournir un sujet de remplacement. Certains ont même terminé l'épreuve à la lueur des bougies, dans une ambiance d'inquiétude et d'insécurité.


Pire encore, dans des centres d'examen comme à Toamasina et Toliara, faute de temps et de moyens, le sujet de remplacement a été dicté aux candidats par des surveillants, accentuant le sentiment d'injustice et de désorganisation. Dans d'autres cas, l'épreuve a tout simplement été annulée, créant un véritable chaos dans la gestion de ce baccalauréat déjà entaché de scandale.


Face à cette situation critique, le conseil des ministres s'est réuni en urgence pour trouver une solution. Une épreuve facultative de rattrapage en histoire-géographie est désormais prévue pour demain, permettant aux candidats des séries A1, A2, C et D de repasser l'examen. Cependant, cette mesure ne saurait effacer les désagréments et l'angoisse subis par les candidats. L'ensemble du processus d'examen doit être remis en question pour éviter que de tels scandales se reproduisent à l'avenir. Une enquête approfondie doit être menée pour déterminer les responsabilités et assurer la transparence et l'équité des examens, garantissant ainsi un avenir serein pour les futurs bacheliers.

bottom of page