top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Californie : déception aux universités vingt ans après la fin de la discrimination positive


Malgré l'augmentation de la proportion d'étudiants noirs et latinos en Californie, les résultats universitaires restent en deçà de leur représentation dans la population. La fin de l'affirmative action il y a plus de vingt ans a eu des conséquences significatives sur la diversité des campus universitaires en Californie. Cette situation met en lumière les limites des efforts visant à accroître la diversité dans l'enseignement supérieur en l'absence de mesures directes pour augmenter la représentation des minorités.

La fin de l'affirmative action en Californie La Californie a mis fin à l'affirmative action, une politique d'admissions préférentielles visant à augmenter le nombre d'étudiants issus de groupes minoritaires sur les campus universitaires, plus de vingt ans avant la décision de la Cour suprême sur cette question. En 1996, les électeurs californiens ont adopté "la proposition 209", qui a éliminé la prise en compte du facteur racial dans les admissions. Cette décision a eu un impact immédiat sur la diversité des campus universitaires.

Les conséquences de la fin de l'affirmative action Après la suppression de l'affirmative action, le nombre d'étudiants issus de minorités a chuté de manière significative en Californie. À l'université de Californie à Los Angeles (UCLA), la proportion d'étudiants noirs inscrits en première année est passée de 7,13 % en 1995 à 3,43 % en 1998. Pour les Latinos, elle est passée de 21,58 % à 10,45 %. Malgré des mesures ultérieures mises en place par le système de l'université de Californie sur ses neuf campus, la proportion d'étudiants noirs et latinos reste en deçà de leur représentation dans la population de l'État.

La disparité actuelle En janvier 2021, les Latinos représentaient 39 % de la population de la Californie, mais à la rentrée universitaire suivante, ils ne constituaient plus que 26 % des inscrits en première année. De même, les Noirs, représentant 5 % de la population, ne représentaient que 4,4 % des étudiants universitaires. Cette disparité met en évidence la difficulté persistante à équilibrer la représentation des minorités dans l'enseignement supérieur en Californie.

Des mesures d'admission élargies En l'absence d'affirmative action, l'université de Californie a introduit en 2001 des mesures pour tenter de corriger ces inégalités. La procédure d'admission a été élargie pour inclure treize critères qui doivent être pris en compte lors de l'examen des dossiers des étudiants.


Cela va au-delà des notes, incluant des éléments tels que la localisation géographique du lycée de l'étudiant et son parcours en fonction de la situation socio-économique de sa famille. Les recruteurs évaluent également si l'étudiant est le premier de sa famille à postuler à des études supérieures, entre autres critères. Vingt ans après la fin de l'affirmative action en Californie, les résultats universitaires restent en deçà des attentes en matière de diversité. La Californie a cherché à corriger ces inégalités en élargissant la procédure d'admission, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour parvenir à une représentation équitable des minorités sur les campus universitaires de l'État.


4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page