top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Carences en micronutriments à Madagascar : un défi de santé publique alarmant

Près de 65% des Malgaches souffrent de carences en zinc, mettant en lumière les graves déficits nutritionnels qui affectent une grande partie de la population, surtout dans les zones rurales.



Madagascar est souvent qualifié de pays sous-alimenté, et les statistiques récentes confirment cette triste réalité. Les carences en micronutriments sont particulièrement préoccupantes et constituent un problème majeur de santé publique. Une étude menée récemment par des scientifiques étrangers a révélé des taux alarmants de carences en micronutriments dans divers environnements ruraux du pays. Cette étude, basée sur des données collectées entre 2013 et 2020, met en lumière l'étendue des carences nutritionnelles chez les Malgaches.


Étude sur les carences en micronutriments

La recherche, qui a ciblé 4 700 personnes de divers âges et sexes réparties dans trente communautés de cinq régions écologiques de Madagascar, révèle des statistiques préoccupantes. Selon les résultats, 66,5% de la population étudiée souffre d'une carence en zinc. En parallèle, 15,6% des personnes sont déficientes en vitamine B12. De plus, près d'un quart de la population (24,0%) présente des signes d'inflammation chronique, caractérisés par des niveaux élevés de glycoprotéine acide α-1. Par ailleurs, 12,3% des Malgaches souffrent d'inflammations aiguës, indiquées par des valeurs élevées de protéine C-réactive.


Impact des carences en zinc

Le zinc est un micronutriment essentiel qui joue un rôle crucial dans de nombreuses fonctions corporelles, notamment la croissance, le développement et le système immunitaire. Une carence en zinc peut entraîner une vulnérabilité accrue aux infections, des retards de croissance chez les enfants, et des complications pendant la grossesse. Les résultats de l'étude montrent que plus des deux tiers de la population malgache ne reçoivent pas suffisamment de zinc, ce qui a des implications graves pour la santé publique.


Recommandations pour remédier aux carences

Pour lutter contre ces carences généralisées en micronutriments, l'étude propose plusieurs recommandations clés. Une approche multisectorielle est jugée nécessaire, impliquant le développement de programmes de ciblage spatial des carences spécifiques en micronutriments. Ces interventions devraient se concentrer non seulement sur la santé et les systèmes alimentaires mais aussi sur l'amélioration des conditions d'assainissement et d'hygiène.


Interventions multisectorielles

Les interventions recommandées incluent :

  • Ciblage spatial des carences en micronutriments : Développer des programmes qui identifient et ciblent les zones spécifiques où les carences en micronutriments sont les plus sévères.

  • Amélioration des systèmes alimentaires : Encourager l'utilisation d'aliments indigènes et traditionnels tels que les plantes sauvages, les animaux, la pêche et les insectes. Ces sources alimentaires sont souvent riches en nutriments et peuvent jouer un rôle crucial dans l'amélioration de la nutrition.

  • Renforcement de la santé publique : Mettre en œuvre des campagnes de réduction des maladies infectieuses telles que le paludisme et les parasites intestinaux, qui aggravent les carences nutritionnelles. Améliorer l'assainissement et l'hygiène pour réduire l'incidence des infections.


Focus sur l'alimentation locale

L'étude souligne l'importance d'exploiter les aliments indigènes et traditionnels pour combler les carences nutritionnelles. Les plantes sauvages, les animaux locaux, la pêche et même les insectes constituent des sources alimentaires riches en micronutriments. Ces ressources alimentaires sont souvent sous-utilisées mais peuvent jouer un rôle crucial dans l'amélioration de la nutrition et de la santé des populations rurales.


Les carences en micronutriments, notamment en zinc, représentent un défi majeur pour Madagascar. Avec une grande partie de la population souffrant de déficiences nutritionnelles, des interventions multisectorielles sont nécessaires pour améliorer la santé publique. En se concentrant sur l'amélioration des systèmes alimentaires, la réduction des maladies infectieuses et l'exploitation des ressources alimentaires locales, Madagascar peut faire des progrès significatifs dans la lutte contre la malnutrition. Les efforts combinés du gouvernement, des organisations internationales et des communautés locales seront essentiels pour surmonter ces défis et améliorer la qualité de vie des Malgaches.

8 vues0 commentaire

Komentarai


bottom of page