top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Castration chimique : une vue d'ensemble et son cadre législatif


La castration chimique, également connue sous le nom de traitement inhibiteur de libido, est une approche médicale visant à réduire les pulsions sexuelles d'une personne en diminuant la production de testostérone grâce à la prise de médicaments. Cette méthode est utilisée dans certains pays, notamment les États-Unis et plusieurs pays européens, pour lutter contre la récidive des délinquants sexuels, en particulier ceux condamnés pour pédophilie.


Cadre législatif et application

Dans les pays où la castration chimique est utilisée, elle est encadrée par la législation en vigueur, généralement le code pénal. En France, par exemple, un tribunal correctionnel ou une cour d'assises peut prononcer une injonction de soin, et c'est au médecin de décider si un traitement visant à réduire la libido du condamné est nécessaire.


À Madagascar, où la législation actuelle ne couvre pas la castration chimique, une modification du code pénal pourrait être nécessaire pour l'introduire. L'Ordre national des médecins et l'Académie nationale de médecine de Madagascar devraient fournir des éclaircissements sur cette question.


Non-Irréversible et effets durables du traitement

Les effets de la castration chimique sont temporaires et durent tant que dure le traitement. À l'arrêt de l'administration des substances hormonales, les effets cessent. En France, un médicament utilisé pour la castration chimique est un dérivé de la progestérone avec une action anti-androgène. D'autres médicaments peuvent également être utilisés pour bloquer les hormones sexuelles.


Histoire de la castration chimique

Aux États-Unis, la castration chimique a été expérimentée en 1966 avec le médicament Depo Provera, initialement conçu comme contraceptif. Cependant, malgré son succès dans la réduction de la libido, ce médicament n'a pas été approuvé par le FDA comme traitement pour les délinquants sexuels.


En Europe, des pays comme l'Allemagne, le Danemark, la Belgique et la Pologne ont utilisé avec succès la castration chimique pour lutter contre la récidive des délinquants sexuels.


Cette méthode est généralement décidée après une expertise psychiatrique et s'accompagne d'une psychothérapie. Dans certains pays européens, la castration chimique peut être appliquée en substitution à la peine de prison ou en complément à celle-ci, sous réserve de l'accord de l'intéressé.


La castration chimique demeure un sujet de débat complexe, où les considérations médicales, législatives et éthiques sont étroitement liées.

25 vues0 commentaire

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page