top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Catastrophe ferroviaire en Grèce : la colère s'étend avec grève et manifestations.

Les manifestants estiment que des années de négligence, de sous-investissement et de manque de personnel sont en cause.




La Grèce est secouée par une vague de manifestations et de grèves après la catastrophe ferroviaire qui a fait 57 morts le 28 février. Les manifestants réclament la démission du gouvernement et une amélioration de la sécurité ferroviaire dans le pays. Mercredi 8 mars, plus de 65 000 personnes ont participé à une journée de protestation marquée par une grève quasi-générale dans les secteurs public et privé.


À Athènes, plus de 40 000 personnes, dont des salariés du secteur des transports, des étudiants et des enseignants, ont défilé dans le centre de la capitale. Des manifestations ont également eu lieu dans d'autres villes, comme Thessalonique. Les tensions entre les manifestants et les policiers ont augmenté, avec des violences et des cocktails Molotov lancés devant le Parlement grec.


Les autorités ont annoncé des mesures pour améliorer la sécurité sur le réseau ferroviaire grec, mais la colère sociale semble beaucoup plus vaste. Les manifestants estiment que des années de négligence, de sous-investissement et de manque de personnel sont en cause. Pour beaucoup de Grecs, la catastrophe ferroviaire est un exemple de l'état de délabrement général du pays, avec une économie qui peine à se remettre de la crise économique de la décennie précédente.

Comments


bottom of page