top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

CENI Madagascar: impression des bulletins en Afrique du Sud et questions de crédibilité


La Commission électorale nationale indépendante (CENI) de Madagascar a envoyé une délégation en Afrique du Sud pour superviser l'impression des bulletins uniques et des documents sensibles pour les élections présidentielles du 9 novembre. Comme lors des élections de 2013 et 2018, les imprimés seront fabriqués en Afrique du Sud.


Participation financière

Selon la loi malgache, tout parti politique ou organisation soutenant un candidat doit contribuer aux frais d'impression des bulletins. Cette contribution, connue comme la "caution" de 200 millions d'Ar, est remboursée si le candidat obtient au moins 10 % des suffrages exprimés.


Délégués et observateurs

Dama Andrianarisedo, le président de la CENI, a encouragé les candidats à envoyer des délégués aux 27 375 bureaux de vote à travers le pays. Il souligne que leur présence, ainsi que celle des observateurs, pourrait ajouter de la crédibilité au scrutin.


Prochaines étapes

La formation des observateurs agréés est prévue pour le 12 septembre, et la première assemblée générale des représentants des candidats aura lieu le 18 septembre. Un quatrième cadre de concertation et d'échange sur le processus électoral est planifié pour le 22 septembre.


Problèmes de régulation

L'un des points à discuter lors de la prochaine rencontre sera le rôle de l'ANRCM (Autorité Nationale de Régulation de la Communication Médiatisée). Bien que cette entité soit censée garantir un accès équitable aux médias pour tous les candidats, elle n'est pas encore opérationnelle. Lors des dernières élections, la CENI a dû prendre en charge ce rôle, conduisant à des disparités dans le traitement des candidats.


Alors que Madagascar se prépare pour ses prochaines élections présidentielles, plusieurs questions restent sans réponse. L'impression des bulletins en Afrique du Sud, la contribution financière des candidats, la formation des observateurs, et le rôle de l'ANRCM posent des défis pour garantir un processus électoral libre et équitable.


La CENI doit résoudre plusieurs problèmes logistiques et réglementaires pour assurer la crédibilité du scrutin. Le manque d'un organisme de régulation des médias efficace et les questions autour de l'impression des bulletins en Afrique du Sud ajoutent des niveaux de complexité qui doivent être abordés pour garantir des élections justes et transparentes.

bottom of page