top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Christine Razanamahasoa : entre présence et ambiguïté


Christine Razanamahasoa, présidente de l'Assemblée nationale de Madagascar, a marqué sa présence lors de la cérémonie d'investiture d'Andry Rajoelina au stade Barea Mahamasina, malgré des tensions récentes avec son parti politique, le TGV. Sa participation a soulevé des questions quant à ses intentions et à son rôle dans le paysage politique malgache.


Présence surprenante

La cérémonie d'investiture d'Andry Rajoelina a réuni pas moins de six chefs d'État et quinze ambassadeurs, ainsi que de nombreuses personnalités politiques malgaches. Parmi elles, Christine Razanamahasoa, présidente de l'Assemblée nationale, a attiré l'attention en étant présente, accompagnée de son mari. Cela a suscité des interrogations, car les semaines précédentes avaient été marquées par des désaccords entre elle, son groupe parlementaire IRD, et son parti, le TGV.


Notamment, Christine Razanamahasoa avait initié une médiation avec les quatre chefs de file du Conseil œcuménique des églises chrétiennes et d'autres personnalités influentes, au sein de la plateforme PAN/FFKM. Cette plateforme prône le dialogue comme solution à la crise de confiance que traverse le pays. Cependant, sa présence à l'investiture suscite des questions sur ses véritables intentions.


Réconciliation ou stratégie politique ?

Certains spéculent sur une possible réconciliation entre Christine Razanamahasoa et le TGV, tandis que d'autres estiment que sa présence pourrait faire partie d'une stratégie politique plus large, en lien avec la poursuite des activités de la plateforme PAN/FFKM. Plusieurs autres personnalités influentes de la plateforme étaient également présentes lors de l'investiture, notamment les leaders des églises luthérienne, catholique et anglicane.


Parmi les invités remarquables, Herimanana Razafimahefa, ancien président du Sénat, a également surpris par sa présence. Bien qu'il ait été destitué et expulsé du TGV pour avoir manqué aux consignes du parti, il a affirmé qu'il n'avait aucun problème avec Andry Rajoelina et que leur relation restait intacte. Sa présence à la cérémonie en tant que sénateur élu par les grands électeurs souligne son engagement envers son mandat malgré son expulsion du parti.


Diversité d'opinions et de participants

L'investiture d'Andry Rajoelina a également attiré d'autres personnalités politiques, dont Kolo Roger, ancien Premier ministre, qui fait partie du groupe national de médiation avec l'ancien président de la Ceni, Hery Rakotomanana. Jean Max Rakotomamonjy, membre de la plateforme de médiation PAN/FFKM, était également présent.


Cependant, seuls deux des douze autres candidats à la dernière élection présidentielle ont assisté à la cérémonie. Sendrison Daniela Raderanirina, candidat numéro onze, avait fait campagne en solo et n'avait pas rejoint le collectif des onze candidats. De même, le candidat Lalaina Ratsirahonana était présent sans avoir joué un rôle actif au sein du collectif. Les dix autres candidats n'ont pas répondu à l'invitation, affirmant ne pas reconnaître la victoire d'Andry Rajoelina.


La présence de ces divers acteurs politiques à l'investiture du Président réélu témoigne de la complexité du paysage politique malgache et des différentes perspectives qui coexistent au sein de la scène politique nationale. Les prochains développements politiques seront certainement suivis de près pour comprendre les implications de cette cérémonie d'investiture sur la politique malgache.

16 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page