top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Chute des titans à la JIRAMA: condamnations sévères pour corruption

Dans un retentissant coup de filet anti-corruption, deux anciens directeurs généraux de la JIRAMA sont condamnés à dix ans de travaux forcés. Découvrez les détails de ce scandale qui ébranle l'une des plus grandes entreprises de Madagascar.



Un scandale majeur secoue la JIRAMA, la compagnie nationale malgache d'eau et d'électricité, suite à la condamnation de deux de ses anciens directeurs généraux. Vonjy Andriamanga et Rivo Radanielina ont été condamnés à dix ans de travaux forcés, avec une amende substantielle de 40 millions d'ariary chacun, pour leur rôle dans une vaste affaire de corruption liée à l'attribution de primes exceptionnelles.


Détails de l'affaire

L'affaire a éclaté au grand jour en avril 2021 lorsque des informations ont fuité sur les réseaux sociaux, révélant l'existence d'un système de primes exceptionnelles octroyées aux hauts dirigeants de la JIRAMA. Ces primes, variant entre 5 et 120 millions d'ariary (environ 1 100 à 40 000 euros), selon le grade du bénéficiaire, ont soulevé des questions sérieuses sur la gestion et l'intégrité au sein de la société d'État. L'ampleur de cette affaire a finalement mené à une enquête approfondie par le Pôle Anti-Corruption (PAC).


Le procès et les condamnations

Le 28 novembre 2022, l'affaire a été portée devant les juges du PAC, où 48 personnes, y compris des responsables de la JIRAMA et des entreprises associées, ont été impliquées. Après les auditions, trois administrateurs, y compris l'ex-directeur des ressources humaines et l'ex-directeur financier, ont été placés en détention provisoire. Les principaux accusés, Andriamanga et Radanielina, ne s'étaient pas présentés à l'audition initiale, ce qui a conduit à l'émission de mandats d'arrêt contre eux.


Répercussions et dédommagement

Suite à leur condamnation, la JIRAMA a demandé un dédommagement colossal de 2 milliards d'ariary à l'ensemble des personnes impliquées, dans le but de récupérer une partie des fonds malversés. Cette mesure souligne la gravité de l'affaire et l'impact financier significatif sur les opérations de la société, qui lutte pour maintenir sa fiabilité et sa crédibilité dans un contexte économique déjà tendu.


Perspectives et réformes futures

Cette affaire a non seulement révélé les défis de corruption au sein de grandes entreprises publiques comme la JIRAMA mais a également stimulé des appels à des réformes en profondeur pour prévenir de futurs abus. Le gouvernement et la direction de la JIRAMA sont désormais confrontés à la tâche impérative de restaurer la confiance du public en renforçant les mécanismes de contrôle et en assurant une gestion transparente et responsable.


La condamnation des anciens directeurs généraux de la JIRAMA marque un moment décisif dans la lutte contre la corruption à Madagascar. Elle envoie un signal fort à tous les niveaux de gestion publique et privée que la corruption ne sera pas tolérée. Alors que la JIRAMA travaille à surmonter cette période tumultueuse, l'avenir de la société dépendra en grande partie de sa capacité à implémenter des réformes efficaces et à maintenir une gouvernance stricte et transparente.

23 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page