top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Condamnation confirmée en appel pour Dési Bouterse au Suriname


La Haute Cour du Suriname a confirmé, mercredi 20 décembre, la condamnation à vingt ans de prison de l'ancien président du pays, Dési Bouterse. Cette sentence, initialement prononcée en 2019, fait suite à l'accusation de l'exécution par balle de quinze opposants en décembre 1982. Bouterse, âgé de 78 ans, arrivé au pouvoir après un coup d'État en 1980, n'était pas présent à l'audience. Aucune directive concernant son arrestation n'a été émise par le tribunal, laissant ainsi planer l'incertitude quant à l'exécution de la peine.


Absence d'indication sur l'arrestation

Le gouvernement a communiqué qu'aucun emprisonnement immédiat n'était prévu, tout en appelant l'ensemble de la population, notamment les partisans de l'ancien président, à respecter et à accepter la décision de justice.


Réactions et appréciation de la décision

Reed Brody, de l'ONG Commission internationale de juristes, a salué depuis Paramaribo la décision des juges sur Twitter, soulignant le courage et l'indépendance de la justice du Suriname. Cette confirmation de condamnation, après quarante et un ans depuis les événements de 1982, marque un tournant dans l'histoire judiciaire du pays.


Historique

Dési Bouterse avait accédé au pouvoir quelques années après l'indépendance du Suriname en 1975. Son règne a été marqué par des moments controversés, notamment cette exécution d'opposants en 1982, pour laquelle il a été condamné en première instance en 2019 et récemment en appel.


La confirmation de la condamnation de Dési Bouterse représente un moment majeur dans l'histoire judiciaire du Suriname. Cette décision souligne l'importance de l'indépendance judiciaire et constitue une étape significative dans la quête de justice pour les événements tragiques survenus en 1982, marquant ainsi un moment clé pour la démocratie et l'État de droit dans le pays.

bottom of page