top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Controverse au Sénat malgache : la destitution de Herimanana Razafimahefa


Le paysage politique malgache a récemment été secoué par un événement majeur : la destitution de Herimanana Razafimahefa de la présidence du Sénat. Cette décision, suivie de l’élection de Richard Ravalomanana à ce poste stratégique, a été le sujet d'une intense bataille juridique et politique. La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a été sollicitée pour examiner la constitutionnalité des procédures employées lors de ces changements abrupts.


Le rejet de la requête par la HCC

Face à cette situation, Herimanana Razafimahefa a cherché à contester la légitimité des votes ayant conduit à son éviction et à l'ascension de son successeur. Cependant, sa requête a été déclarée irrecevable par la HCC, une décision qui a renforcé la position de Richard Ravalomanana, non seulement en tant que président du Sénat, mais aussi dans son rôle de président de la République par intérim.


La HCC a soutenu sa décision en mettant en avant l'autonomie du Sénat dans ses prises de décisions, soulignant que les actions contestées étaient régies par le principe de majorité parlementaire. Le respect de cet ordre démocratique est en effet une pierre angulaire de la pratique parlementaire, comme stipulé dans la Constitution du pays.


Déroulement des faits et légitimité des actions

Selon les procédures, le Sénat a la prérogative de conduire ses sessions, notamment les sessions extraordinaires, jusqu'à ce que l'ensemble de l'ordre du jour soit traité. Dans le cas d'espèce, Razafimahefa a clôturé une session de manière précoce, une action jugée prématurée puisque certaines résolutions n’avaient pas encore été discutées. En réponse, une majorité qualifiée de sénateurs a décidé de poursuivre la session, menant à la destitution de Razafimahefa et à l'élection subséquente de Ravalomanana.


Tous ces événements se sont déroulés conformément aux règles de majorité, un élément clé que la HCC a souligné dans sa déclaration, confirmant la légitimité des processus suivis.


Séparation des pouvoirs : une question interne au Sénat

Quant aux raisons sous-jacentes menant à la destitution de Razafimahefa, elles ont été centrées sur des allégations concernant son état de santé mental. La HCC a catégoriquement considéré cette question comme une affaire interne au Sénat. Dans son raisonnement, la cour a invoqué le principe de séparation des pouvoirs, affirmant que l'évaluation de la validité des motifs de destitution relevait exclusivement de la compétence parlementaire.


Cette approche souligne l'autonomie des institutions parlementaires et leur capacité à réguler leurs affaires internes sans intervention judiciaire externe. Elle met également en lumière l'importance de la séparation des pouvoirs en tant que fondement de la démocratie constitutionnelle.


Réflexions finales

La destitution de Herimanana Razafimahefa et les événements qui ont suivi jettent un éclairage sur la complexité des dynamiques politiques à Madagascar. Ils rappellent également l'importance cruciale de la constitutionnalité et du respect des principes démocratiques et de la séparation des pouvoirs. Ces principes sont essentiels pour la stabilité et la légitimité des institutions, dans un pays où la scène politique est souvent marquée par des tensions et des revirements.

bottom of page