top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Course contre la montre pour les résultats législatifs : les juges constitutionnels sous pression

Les projecteurs sont braqués sur la Haute Cour Constitutionnelle alors que les résultats officiels des législatives du 29 mai doivent être publiés sous peu.



La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) se trouve au centre de toutes les attentions alors qu’elle s’efforce de finaliser et de publier les résultats officiels des élections législatives du 29 mai dans les délais impartis.


Travail acharné à Ambohidahy

À Ambohidahy, siège de la Haute Cour Constitutionnelle, les juges et les employés travaillent sans relâche. Leur mission est de recompter les voix et de traiter les contentieux électoraux, une tâche cruciale qui doit être achevée avant la date butoir du 27 juin. Les membres de la HCC sont engagés dans une véritable course contre la montre pour respecter les 16 jours de délais constitutionnels qui leur sont imposés. Cette période intense de travail est essentielle pour garantir la transparence et l'exactitude des résultats électoraux.


Proclamation et sessions spéciales

Si les résultats officiels sont proclamés le 27 juin, une session spéciale de l’Assemblée nationale pourrait se tenir le 9 juillet prochain. La Constitution prévoit que l’Assemblée nationale se réunit de plein droit en session spéciale le deuxième mardi suivant la proclamation des résultats pour constituer son bureau et former ses commissions. Cela signifie que bien que le mandat de l’actuelle législature prenne fin le 1er juillet, celui des nouveaux députés débutera dès la proclamation des résultats officiels.


Pression et transparence

Les employés de la HCC ressentent la pression de cette ultime étape du processus électoral. Tous les regards sont tournés vers eux alors qu’ils s’efforcent de respecter les délais constitutionnels. La publication des résultats marque la fin d’une législature et le début d’une nouvelle ère pour l’Assemblée nationale. Les enjeux sont élevés, et les prochains jours détermineront la composition du futur paysage politique malgache.


Nouvelles figures et anciens élus

Avec la proclamation des résultats, des figures emblématiques de la législature sortante pourraient disparaître du nouveau paysage politique. Christine Razanamahasoa, ancienne présidente de l’Assemblée nationale, et Brunelle Razafitsiandraofa, vice-président sortant pour Fianarantsoa, ont basculé dans l'opposition mais n'ont pas réussi à s'imposer lors des récentes élections. En revanche, de nouvelles figures émergent, prêtes à occuper des sièges à Tsimbazaza. Marie Michelle Sahondrarimalala, élue provisoirement à Fianarantsoa et ancienne ministre de l'Éducation nationale, ainsi que l'artiste Din Rotsaka, de son vrai nom Bernardin Rabeharison, élu provisoirement à Befandriana Nord, semblent bien partis pour rejoindre les rangs des députés.


Défis et perspectives

Le travail acharné de la HCC est crucial pour la stabilité politique du pays. Les résultats des législatives détermineront la direction que prendra Madagascar dans les années à venir. La transition entre les anciens et les nouveaux députés devra se faire en douceur pour garantir la continuité des travaux parlementaires et le respect des institutions démocratiques. La tâche de la HCC ne se limite pas à la simple proclamation des résultats ; elle est également responsable de renforcer la confiance du public dans le processus électoral et les institutions démocratiques.


La course contre la montre pour la proclamation des résultats des législatives du 29 mai est une période critique pour Madagascar. Les efforts des juges constitutionnels et des employés de la HCC sont essentiels pour garantir une transition transparente et ordonnée vers une nouvelle législature. Les prochaines semaines seront déterminantes pour l’avenir politique du pays, marquant un tournant dans l’histoire démocratique malgache.

2 vues0 commentaire

Commenti

Valutazione 0 stelle su 5.
Non ci sono ancora valutazioni

Aggiungi una valutazione
bottom of page