top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

CPI vs Poutine : L'Afrique du Sud en difficulté

L'émission d'un mandat d'arrêt international contre Vladimir Poutine par la Cour pénale internationale met l'Afrique du Sud dans l'embarras, car elle prévoit d'inviter le président russe lors du sommet des Brics, mais devrait l'arrêter s'il mettait les pieds sur son territoire en tant que signataire du statut de Rome.


L'Afrique du Sud se retrouve dans une situation délicate après que la Cour pénale internationale a émis un mandat d'arrêt international contre Vladimir Poutine, alors que Pretoria prévoit d'inviter le président russe lors du sommet des Brics en août prochain. En tant que signataire du statut de Rome, l'Afrique du Sud aurait l'obligation de l'arrêter s'il mettait les pieds sur son territoire. Pour trouver une solution, le gouvernement sud-africain mène actuellement des consultations et attend un avis juridique actualisé sur la question. Le parti au pouvoir, l'ANC, a choisi de ne pas prendre position et laisse le gouvernement gérer la situation, qui pourrait s'avérer délicat pour ses liens historiques avec la Russie.


Cependant, les partis politiques sud-africains ont des avis divergents sur cette question. L'Alliance démocratique, premier parti d'opposition et soutien du peuple ukrainien, appelle le président Cyril Ramaphosa à empêcher la venue de Vladimir Poutine. À l'inverse, le parti radical des Combattants pour la liberté économique se dit prêt à accueillir Poutine à bras ouverts, rappelant les liens historiques entre la Russie et l'ANC pendant la lutte contre l'apartheid. La question reste entière, d'autant que l'Afrique du Sud avait déjà refusé en 2015 d'arrêter l'ancien président soudanais Omar el-Béchir, signataire lui aussi du statut de Rome. Le gouvernement sud-africain a cinq mois pour trouver une solution avant la tenue du sommet des Brics.

9 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page