top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Crise constitutionnelle à Madagascar: un appel au réalignement démocratique


Le débat sur l'application stricte de la Constitution par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) à Madagascar s'intensifie, suivant les déclarations audacieuses du professeur Raymond Ranjeva. Ancien juge à la Cour Internationale de Justice et éminent juriste, Ranjeva critique vivement les récentes décisions de la HCC, les jugeant déviantes des prescriptions constitutionnelles. Ses propos, teintés d'une urgence pour le respect de l'ordre juridique, posent la question cruciale de l'adéquation entre les décisions judiciaires et la loi fondamentale du pays.


L'institution en question

Au cœur des inquiétudes soulevées par le professeur Ranjeva se trouve la crédibilité même de la HCC. Le juriste déplore un écart grandissant entre les actions de l'organe constitutionnel et les mandats explicites de la Constitution. Cette divergence, selon lui, entraîne une désacralisation des institutions et mine la stabilité politique et juridique de Madagascar, un état de fait qui ne manque pas d'ébranler son image sur la scène internationale. Ranjeva ne manque pas de pointer du doigt la situation actuelle comme un motif de dérision pour le pays, minant sa réputation et compromettant sa sécurité juridique.


Une réputation internationale en jeu

La préoccupation majeure exprimée est l'impact de ces défaillances sur la réputation internationale de Madagascar. Ranjeva évoque une image ternie par le chaos juridique, un signal d'alarme pour les investisseurs et les partenaires internationaux qui cherchent la stabilité et la prédictibilité dans les opérations étatiques.


Réévaluation du processus

La nécessité d'une réévaluation s'est imposée lors des consultations récentes à Tsimbazaza. Les débats, impliquant une diversité d'acteurs politiques et de la société civile, ont mis l'accent sur l'urgence de restaurer la confiance dans le processus électoral. Avec l'actuel processus électoral en suspens, le consensus est clair: une révision s'impose pour assurer l'intégrité des élections et la confiance du public.


Vers un accord politique

Le professeur Ranjeva et d'autres intervenants plaident pour un dialogue ouvert et constructif, soulignant l'impératif d'un accord politique qui reflète les valeurs démocratiques et respecte l'état de droit. L'appel à l'action est clair: pour préserver la démocratie et la stabilité, Madagascar doit s'engager sur la voie du respect strict de sa Constitution et des principes qu'elle incarne.


Un avenir en balance

La situation à Madagascar sert de rappel impérieux que les fondements d'un état de droit sont indispensables au fonctionnement harmonieux d'une société. Les paroles du professeur Ranjeva résonnent comme un appel à l'action pour tous les citoyens et dirigeants: un retour aux principes constitutionnels est essentiel pour l'avenir du pays. La crise actuelle est un jalon critique, mais aussi une opportunité de réaffirmer l'engagement envers les principes démocratiques et l'état de droit.

3 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page