top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Débat politique en perspective : la dissolution de l'Assemblée nationale


L'échiquier politique malgache reste agité après la réélection d'Andry Rajoelina malgré les controverses entourant le scrutin du 16 novembre. Une question émerge de manière de plus en plus pressante : va-t-il dissoudre l'Assemblée nationale ? Bien que rien ne soit officiel pour le moment, les tensions en cours, notamment avec la présidente de la Chambre basse, pourraient orienter la tendance vers une dissolution.


Les pouvoirs du président

Selon la loi, Andry Rajoelina a le pouvoir de dissoudre l'Assemblée nationale après consultation du Premier ministre et des présidents des deux assemblées, mais il n'est pas tenu de tenir compte de leur avis. Si la dissolution est prononcée, les élections législatives doivent se tenir dans un délai de 60 à 90 jours. Le mandat des députés expirant le 1er juillet 2024, une élection anticipée pourrait être une opportunité pour le président de consolider son pouvoir et éviter un blocage institutionnel potentiel.


Scission au sein de la majorité présidentielle

La récente mise à l'écart de Christine Razanamahasoa et la candidature de deux députés à l'élection présidentielle, Siteny Randrianasoloniaiko et Jean Brunelle Razafintsiandraofa, ont provoqué une scission au sein de la majorité présidentielle à Tsimbazaza. Cela pourrait compliquer la nomination du Premier ministre, conformément à l'article 54 de la Constitution, qui exige une proposition de la majorité à l'Assemblée nationale.


Les propos de la CENI

Les déclarations du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Arsène Dama, sur la nécessité de tenir les élections législatives dans le premier semestre de l'année, pourraient servir de prétexte à la dissolution de l'Assemblée nationale et à la tenue d'élections anticipées.


Les enjeux pour le régime

La dissolution de l'Assemblée nationale présente des enjeux capitaux pour le régime d'Andry Rajoelina. Sa réélection implique la démission du gouvernement en place, conformément au principe républicain. Cependant, la scission au sein de la majorité présidentielle pourrait compliquer la nomination d'un nouveau Premier ministre.


La question de la dissolution de l'Assemblée nationale ouvre la porte à un débat politique animé, avec des ramifications importantes pour l'avenir politique de Madagascar. Alors que le pays fait face à des défis multiples, cette décision pourrait façonner la trajectoire politique à venir.

bottom of page