top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Débat sur le travail des jeunes au Québec en pénurie de main d'œuvre.

Au Québec, les mineurs sont de plus en plus sollicités pour combler la pénurie de main-d'œuvre causée par le vieillissement de la population, mais un projet de loi propose d'interdire l'emploi salarié pour les moins de 14 ans et de limiter le travail hebdomadaire des jeunes pendant l'année scolaire.



Au Québec, il est possible pour les jeunes de travailler dès leur plus jeune âge, sans âge minimum requis. Un tiers des 12-16 ans occupent actuellement un emploi à temps partiel dans la province, avec un taux d'emploi des mineurs dépassant les 51 %. Face à la pénurie de main d'œuvre, les entreprises sollicitent de plus en plus les jeunes, parfois de manière insistante, comme en témoigne Audrey McKinon du Réseau pour la réussite éducative. Pour encadrer et limiter cette pression, un projet de loi propose d'interdire l'emploi salarié pour les moins de 14 ans et de limiter le travail hebdomadaire des jeunes pendant l'année scolaire.


La nouvelle législation proposée à l'Assemblée nationale interdit le travail salarié des moins de 14 ans et limite le travail des mineurs de 14 à 16 ans à un maximum de 17 heures par semaine pendant l'année scolaire pour ne pas perturber leurs études. Les seules exceptions prévues sont pour la garde d'enfant ou l'aide dans l'entreprise familiale, mais pas dans les secteurs du commerce ou de la restauration. Cette proposition ne satisfait pas les restaurateurs et les producteurs maraîchers qui ont besoin des jeunes travailleurs, en particulier l'été, pour leurs activités. Les agriculteurs et les restaurateurs demandent donc des exemptions au gouvernement pour maintenir leurs activités.

9 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page