top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Démission de l'ambassadeur Géorgien en France

Gocha Javakhishvili, ambassadeur de Géorgie en France, a annoncé sa démission le 9 mai en signe de protestation contre le projet de loi sur "l'influence étrangère," renvoyé devant le Parlement géorgien. C’est le premier diplomate géorgien d'un tel rang à quitter ses fonctions en désaccord avec ce projet controversé, considéré par beaucoup comme une menace pour les médias indépendants et la société civile. Dans une interview accordée au Monde, Javakhishvili, un diplomate expérimenté de 57 ans, a exprimé son désarroi face à la mesure qui, selon lui, pourrait nuire à l'intégration européenne du pays.



Principes et honneur défendus

En évoquant sa démission, Gocha Javakhishvili affirme que sa décision repose sur "une question de principe et d'honneur." Il appelle instamment son gouvernement à retirer cette législation controversée, en soulignant sa fierté pour le rôle crucial de la société civile géorgienne dans la défense de la démocratie. Il déplore que le projet de loi, inspiré par un texte russe, risque d'étouffer les voix indépendantes en étiquetant les organisations non gouvernementales et les médias comme des "agents de l'étranger."


Un appel à la retraite du projet de loi

Javakhishvili souligne que sa démarche n'est pas motivée par un désir de marquer des points auprès de l'opposition, mais bien par son engagement en tant que fonctionnaire à défendre les valeurs démocratiques. Son appel au retrait du projet de loi résonne d'autant plus fort que des milliers de Géorgiens descendent dans la rue depuis un mois pour dénoncer ce virage législatif.


Crainte d'un tournant prorusse

L'ambassadeur exprime également ses inquiétudes quant au risque que cette loi, calquée sur la législation russe, représente pour l'intégration européenne de la Géorgie. La crainte d'un virage prorusse au sein du gouvernement géorgien est de plus en plus palpable, alimentant une méfiance croissante vis-à-vis de Moscou.


La démission de Gocha Javakhishvili envoie un signal fort au gouvernement géorgien, qui fait face à une mobilisation civile sans précédent contre une loi perçue comme répressive. Sa voix, réclamant le retrait du projet, réaffirme le rôle vital d'une société civile dynamique dans la démocratie et l'importance de protéger les médias indépendants. La société géorgienne, soutenue par ses alliés internationaux, attend désormais la réponse du gouvernement.

4 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page