top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Déni des rebelles touareg à propos du prétendu charnier à Kidal, au Mali


Les mouvements touareg se sont formellement opposés aux déclarations faites par l'armée malienne concernant la découverte d'un charnier le 16 novembre dernier à Kidal, une ville sous le contrôle des rebelles récemment reprise par les forces de la junte et leurs alliés.


Rejet catégorique des allégations

Dans un communiqué, les mouvements touareg ont nié catégoriquement l'existence de ce charnier, affirmant que ces accusations étaient clairement fabriquées pour détourner l'attention des horreurs perpétrées par le duo terroriste Wagner-FAMa (Forces Armées Maliennes). Selon eux, ces déclarations sont une pure diversion destinée à dissimuler les massacres inhumains commis par ces forces.


Défense de leur intégrité

Le Cadre Stratégique et Permanent pour la Paix, la Sécurité et le Développement (CSP-PSD), une alliance de groupes armés opérant dans la région de Kidal, a également réfuté vigoureusement ces allégations. Ils ont souligné qu'aucune information, même sous forme de rumeur, n'a jamais fait état de violations des droits humains commises par les forces affiliées au CSP-PSD.


Contestation de la crédibilité des accusations

Les déclarations émanant des rebelles touareg mettent en doute la crédibilité des informations relayées par l'armée malienne. Ils rejettent fermement ces allégations, insistant sur le fait qu'aucun incident similaire n'a été rapporté par des sources crédibles dans cette région, remettant ainsi en question la véracité de ces affirmations.

4 vues0 commentaire

تعليقات

تم التقييم بـ ٠ من أصل 5 نجوم.
لا توجد تقييمات حتى الآن

إضافة تقييم
bottom of page