top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Deux nouveaux massacres de civils au Soudan imputés aux paramilitaires

La violence continue de ravager le Soudan, où les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) sont accusés de deux nouveaux massacres de civils. Selon des militants prodémocratie, environ 40 personnes ont été tuées jeudi à Omdourman, la ville jumelle de Khartoum, et une centaine mercredi dans un village du centre du pays.



Le jeudi 6 juin, Omdourman a été le théâtre de « violents tirs d’artillerie » menés par les FSR, selon le « comité de résistance de Karari », un groupe prodémocratie local. « Jusqu’à maintenant, le nombre de morts est estimé à 40 citoyens et il y a plus de 50 blessés, certains grièvement », précise le comité dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux. Les victimes ont été transportées à l’hôpital universitaire Al-Nao, ainsi que dans des hôpitaux privés, ou enterrées par leurs familles.


Une attaque meurtrière dans le centre du pays

Le mercredi précédent, le « comité de résistance de Madani », un autre groupe du réseau d’entraide apparu après l’éclatement de la guerre entre l’armée et les FSR en avril 2023, a rapporté une attaque des FSR dans le village de Wad Al-Noura. Cette attaque, menée à deux reprises avec de l’artillerie lourde, a fait environ une centaine de morts. Ces événements soulignent l’escalade de la violence et la brutalité des attaques paramilitaires contre les civils.


Une situation humanitaire désastreuse

Depuis le début du conflit en avril 2023, la situation au Soudan s’est détériorée de manière dramatique. Les affrontements entre l’armée régulière et les FSR ont causé de nombreuses pertes humaines et des déplacements massifs de populations. Les groupes prodémocratie et les comités de résistance jouent un rôle crucial en documentant les violations des droits de l’homme et en apportant une aide aux victimes, malgré les risques importants.


La réponse internationale

La communauté internationale a exprimé sa profonde inquiétude face à la violence croissante au Soudan. Les Nations Unies et diverses organisations humanitaires appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire sans entrave pour les secours. Cependant, les appels à la paix et à la protection des civils n’ont pas encore permis de mettre fin aux violences.


Les défis de la documentation des atrocités

Documenter les atrocités commises dans le cadre de ce conflit est une tâche extrêmement difficile. Les groupes prodémocratie et les comités de résistance, souvent composés de citoyens ordinaires, risquent leur vie pour recueillir des informations et témoigner des violences. Leur travail est essentiel pour attirer l’attention internationale sur les crimes commis et pour plaider en faveur de la justice et de la responsabilité.


Un appel à l’action

Les militants prodémocratie au Soudan appellent à une action urgente de la part de la communauté internationale pour protéger les civils et mettre fin aux exactions. Ils demandent également des sanctions ciblées contre les responsables des FSR et un soutien accru pour les initiatives de paix et de justice au Soudan.


Le Soudan traverse l’une des périodes les plus sombres de son histoire récente, et la réponse de la communauté internationale sera cruciale pour déterminer l’issue de ce conflit et l’avenir des millions de Soudanais pris dans la tourmente. Il est impératif que les efforts pour un cessez-le-feu durable et une résolution pacifique du conflit soient intensifiés, afin de mettre fin aux souffrances des civils et de restaurer la stabilité dans le pays.

1 vue

Comments


bottom of page