top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Diplomatie en Nouvelle-Calédonie : Les indépendantistes cherchent un dialogue direct avec l'État

Les tensions montent en Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes appellent à un dialogue direct avec l'État après une visite controversée du président Macron

Le climat politique en Nouvelle-Calédonie est entré dans une phase de tension significative suite à la visite récente du président français, Emmanuel Macron. Les leaders de l'Union calédonienne, l'un des groupes indépendantistes clés, ont minimisé l'importance de cette visite, la qualifiant de "non-événement". Macron avait entrepris cette visite dans le but de stimuler le dialogue entre les différents acteurs politiques du territoire. Cependant, ses propos fermes en faveur d'une "Nouvelle-Calédonie française" ont suscité des réactions vives de la part des indépendantistes, qui ont exprimé des préoccupations quant à l'avenir du territoire.


Une rencontre tripartite entre l'État français, les indépendantistes et les loyalistes de Nouvelle-Calédonie est prévue pour la fin du mois d'août à Paris. Cette réunion, qui vise à négocier l'avenir du territoire, est la première du genre depuis 2019. Cependant, les tensions autour de la visite présidentielle ont soulevé des doutes quant à la tenue de cette rencontre. L'Union calédonienne, principal acteur du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS), a critiqué l'approche du président Macron, arguant que tant que les "contentieux coloniaux" et la question de la "pleine émancipation" ne seraient pas résolus, il serait inopportun de discuter avec plusieurs parties à Paris.


En dépit de cette atmosphère chargée, l'Union calédonienne a réitéré son engagement à poursuivre le dialogue avec l'État français. Ce discours a été bien accueilli, malgré les critiques acerbes du parti à l'égard du président Macron, l'accusant d'avoir tenté de creuser les divisions durant sa visite. Les indépendantistes ont rejeté le dernier référendum sur l'indépendance de 2021, qu'ils avaient boycotté, et dont les résultats ont été reconnus par les loyalistes et l'État français. Ils soulignent également que le président Macron n'a pas pris en compte le fait que 57% de la population calédonienne n'a pas voté lors du référendum.

Commentaires


bottom of page