top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Dissension sur la recevabilité : la HCC déjuge la requête du collectif des candidats


La politique à Madagascar est marquée par une complexité et une dynamique en constante évolution. La récente mésaventure du Collectif des candidats avec la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) en est une illustration parfaite.


Une réponse rapide

La HCC, une institution judiciaire majeure à Madagascar, a réagi avec une célérité remarquable, baptisée ici de manière humoristique "TGV" (Traitement à Grande Vitesse), à la requête du Collectif des candidats. Seulement quatre jours ont été nécessaires pour statuer sur cette affaire, reflétant peut-être l'urgence de la situation ou, de manière plus cynique, la précipitation.


L'essence du litige

Les 11 candidats qui forment le "Onze multicolore" ont soulevé des préoccupations liées au processus électoral. Ils semblent avoir une profonde méfiance envers le gouvernement collégial, en particulier en ce qui concerne la tenue d'élections transparentes et équitables. Cependant, la HCC, dans sa réponse, a mis l'accent non pas sur le fond de la requête, mais plutôt sur la légitimité des requérants à saisir la cour.


La question de la "Qualité"

Le terme "qualité" est souvent utilisé en droit pour désigner la capacité ou la légitimité d'une personne à agir devant un tribunal. La HCC, dans sa décision, estime que le collectif de candidats ne possède pas cette qualité. En se basant sur l'article 118 de la Constitution, la cour a établi que seules certaines autorités et personnalités ont le droit de la saisir en matière de contrôle de constitutionnalité, excluant ainsi le groupe des 11 candidats.


Impartialité remise en question

Il est essentiel de noter le commentaire final, qui suggère une certaine tension sous-jacente. La HCC, en tant qu'organe constitutionnel, est censée être une institution neutre. Cependant, le texte insinue que la HCC pourrait être "juge et partie" dans cette affaire. Une telle remarque remet en question l'impartialité de la cour et soulève des préoccupations sur la séparation des pouvoirs et la sanctité des institutions démocratiques.


Cette affaire met en lumière les complexités et les tensions inhérentes à la politique malgache. Alors que les candidats cherchent à garantir un processus électoral équitable, ils sont confrontés à des obstacles institutionnels. La rapidité de la décision de la HCC et la remise en question de son impartialité suggèrent que Madagascar navigue dans des eaux politiques agitées. La question demeure : comment le pays peut-il assurer des élections libres et équitables dans un tel contexte?

bottom of page