top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Drame au Hadj : plus de 550 pèlerins meurent à cause de la chaleur à La Mecque

Le pèlerinage annuel du hadj à La Mecque s'est transformé en cauchemar pour de nombreux fidèles, avec des températures atteignant des niveaux extrêmes, provoquant la mort de centaines de personnes.



Le pèlerinage annuel à La Mecque, s'étendant de vendredi à dimanche, s'est déroulé sous des températures écrasantes, atteignant jusqu'à 51,8°C. Cette chaleur intense a rendu les rituels du hadj extrêmement difficiles, voire dangereux pour les pèlerins. Les conséquences de cette vague de chaleur ont été tragiques, avec au moins 550 morts annoncés par des diplomates arabes, dont 323 Égyptiens. Ces chiffres soulignent la gravité de la situation et l'impact mortel de la chaleur sur les participants.


Des décès en majorité dus à la chaleur

La plupart des décès recensés sont directement attribués à la chaleur. Un diplomate, s'adressant à l'Agence France-Presse (AFP), a confirmé que "tous sont morts à cause de la chaleur", à l'exception d'un pèlerin décédé suite à une blessure due à un mouvement de foule. Les chiffres proviennent de la morgue d'un hôpital dans le quartier Al-Muaisem de La Mecque. Les autorités saoudiennes, bien qu'ayant traité plus de 2 000 cas de stress thermique, n'ont pas fourni de détails sur les décès, ce qui ajoute à l'opacité et à l'inquiétude concernant l'ampleur réelle du drame.


Des bilans variés selon les pays

Le nombre total de décès varie selon les sources. Un bilan établi par l'AFP porte à 577 le nombre de morts durant le hadj, incluant des chiffres de différents pays. Cependant, beaucoup de ces pays n'ont pas précisé le nombre exact de cas liés à la chaleur. En Égypte, des opérations de recherche pour les pèlerins portés disparus sont en cours, avec le ministère des affaires étrangères évoquant un "certain nombre de décès". La Jordanie a également été touchée, avec au moins 60 morts annoncés, et des permis d'inhumer délivrés pour enterrer des fidèles à La Mecque.


Une gestion de crise difficile

Les autorités saoudiennes se trouvent confrontées à une gestion de crise complexe. La mort de tant de pèlerins met en lumière les défis logistiques et sanitaires du hadj, surtout en période de forte chaleur. Bien que des mesures soient prises pour traiter les cas de stress thermique, l'ampleur des décès montre que des améliorations sont nécessaires pour protéger les fidèles. Les diplomates et les autorités locales travaillent ensemble pour suivre les procédures d'enterrement et soutenir les familles des victimes, mais la douleur et le choc restent immenses.


Les défis futurs pour le pèlerinage

Cette tragédie soulève des questions cruciales sur la gestion future du hadj, particulièrement en ce qui concerne la protection des pèlerins contre les conditions climatiques extrêmes. Des mesures supplémentaires doivent être envisagées pour assurer la sécurité des participants, notamment des infrastructures adaptées pour faire face à la chaleur, des systèmes de surveillance médicale plus efficaces, et une meilleure gestion des foules. La prévention des décès liés à la chaleur devrait devenir une priorité pour éviter que de tels drames ne se reproduisent.


Un appel à l'action

Le drame du hadj 2023 à La Mecque appelle à une réflexion approfondie et à des actions concrètes pour améliorer la sécurité des pèlerins. La communauté internationale et les autorités saoudiennes doivent collaborer pour mettre en place des mesures de protection efficaces contre les conditions climatiques extrêmes. Il est essentiel d'apprendre de cette tragédie pour assurer que le pèlerinage, un événement sacré pour des millions de musulmans, puisse se dérouler en toute sécurité à l'avenir. Les vies perdues ne doivent pas l'être en vain, et des changements significatifs doivent être apportés pour honorer leur mémoire et protéger les futurs pèlerins.

13 vues

תגובות


bottom of page