top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Entre Gérard Larcher et Emmanuel Macron : un rapport de force permanent


Le président du Sénat, Gérard Larcher, s'apprête à être réélu pour un cinquième mandat de trois ans au Palais du Luxembourg. Après les élections sénatoriales, sa réélection ne fait guère de doute, et il maintiendra ainsi sa position qu'il occupe depuis 2014, ayant déjà été à la tête du Sénat de 2008 à 2011. Dans une institution qui valorise la stabilité, sa reconduction à ce poste semble une évidence.


Bien que pour la forme, d'autres candidats se présentent, tels que le président du groupe socialiste Patrick Kanner, ainsi que les chefs de file communiste, Cécile Cukierman, et écologiste, Guillaume Gontard, Gérard Larcher rassemblera inévitablement les suffrages au-delà de sa famille politique. Sa capacité à naviguer entre les neuf groupes sénatoriaux et à trouver un équilibre est largement reconnue. François-Noël Buffet, président LR de la commission des lois, souligne qu'il a su faire rayonner le Sénat tout en restant fidèle à ses convictions et en maintenant le dialogue avec tous. Jean-Pierre Sueur, ancien sénateur socialiste du Loiret, fait écho à cette approbation en saluant la façon dont Larcher s'occupe de chacun, lui valant de bonnes relations avec tous les groupes politiques.


Cependant, la relation entre Gérard Larcher et le président de la République, Emmanuel Macron, est loin d'être aussi harmonieuse. Malgré les gestes de courtoisie républicaine, leur cohabitation n'a rien d'un long fleuve tranquille. Dès 2017, Larcher manifeste une certaine condescendance envers le jeune président, qui, bien qu'ayant rendu visite à Larcher la veille de son investiture à l'Élysée, n'a jamais exercé de mandat électif et a rapidement adopté une approche jupitérienne de sa fonction, donnant peu d'importance aux corps intermédiaires et au Parlement.


Cette relation tendue reflète un équilibre de pouvoir constant entre les deux hommes, chacun cherchant à affirmer son autorité et à défendre ses intérêts institutionnels. Les relations fluctuantes entre Larcher et Macron sont un témoignage de la complexité des dynamiques politiques en France, où la rivalité et la coopération coexistent souvent au sein du système politique.

3 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page