top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Fête des mères : une célébration presque oubliée à cause de la crise

À quelques jours de la fête des mères, la célébration semble presque oubliée par de nombreuses familles, durement touchées par la crise économique.



La fête des mères, traditionnellement un moment de joie et de reconnaissance, se trouve cette année éclipsée par les difficultés économiques auxquelles font face de nombreuses familles. La pandémie, les intempéries et l'inflation ont exacerbé une crise déjà profonde. Selon un économiste, "on baisse", reflétant ainsi l'ampleur de la dégradation économique. Pour beaucoup, ce n'est pas seulement une baisse, mais une véritable noyade dans les dettes.


Les réalités quotidiennes

Dans ce contexte, les préoccupations quotidiennes prennent le pas sur les célébrations. Les publicités joyeuses de "bonne fête maman" passent inaperçues alors que les préoccupations immédiates dominent. "Qu’est-ce que nous allons manger ce soir ? Où vais-je trouver de l’argent ?" sont les questions qui hantent les esprits. La situation familiale se détériore, avec des parents souvent absents, certains succombant à des addictions comme l'alcool pour échapper à leurs soucis. Ulrica Ratsaramino, une lycéenne de 15 ans, décrit cette réalité crue : "Je sens la crise qui pèse. Je n’arrive plus à économiser. J’ai trop faim. Maman a légèrement réduit nos rations."


La maman, pilier de la famille

Dans ce climat difficile, les mères continuent de jouer un rôle central. Elles gèrent le foyer, s'assurant que chaque membre de la famille reçoit ce dont il a besoin, même si les ressources sont limitées. Elles savent combien de cuillères d’épices suffisent pour rendre un plat délicieux et gardent un œil vigilant sur leurs enfants. Cependant, la reconnaissance et les petits plaisirs, comme les cadeaux de fête des mères, deviennent des luxes inaccessibles.


Témoignage de sacrifices

Les témoignages de jeunes comme Ulrica montrent l'étendue des sacrifices faits par les enfants, qui se privent souvent de petits plaisirs pour subvenir aux besoins essentiels. "D'habitude, je mettais de côté pour l’anniversaire de mon petit frère ou de maman. Mais, désormais, je ne peux plus faire cela. J’ai tellement faim. Et je vide mon porte-monnaie pour manger tout simplement."


La fête des mères éclipsée

Ainsi, la fête des mères passe au second plan. Les enfants, conscients des difficultés, ne peuvent exprimer leur gratitude comme ils le voudraient. "La faim justifie les moyens", dit-on, et malheureusement, cela signifie que les célébrations et les cadeaux doivent être sacrifiés pour survivre au quotidien. Les mères, malgré tout, continuent de tenir leur rôle de pilier de la famille, souvent sans recevoir la reconnaissance qu'elles méritent.


La résilience des mères

Même face à une crise écrasante, les mères démontrent une résilience admirable. Elles continuent de supporter le poids des responsabilités familiales, ajustant les rations, veillant à l'éducation et au bien-être de leurs enfants, tout en naviguant les défis financiers. Leur force et leur capacité à maintenir la cohésion familiale sont remarquables, malgré l'absence de célébrations formelles.


Cette année, la fête des mères à Madagascar est marquée par une profonde crise économique qui prive de nombreuses familles de la possibilité de célébrer cette journée comme il se doit. Cependant, même dans ces moments difficiles, le rôle central des mères dans le maintien du bien-être familial reste indéniable. Leur résilience et leur dévouement continuent de briller, rappelant à tous l'importance de leur contribution, même si les moyens de les honorer sont temporairement limités.

6 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page