top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

FFKM plaide pour le dialogue : une tentative de prévention avant les élections



Dans le contexte politique actuel à Madagascar, la voix du FFKM (Conseil œcuménique des Églises chrétiennes) résonne avec une gravité particulière. Après trois jours de consultations nationales intensives avec divers acteurs politiques, ce conseil représentant les principales confessions chrétiennes de l'île a lancé un appel poignant pour le dialogue avant la tenue des prochaines élections prévues le 9 novembre et le 20 décembre.


Face à une conjoncture tendue et la perspective d'une possible crise, le FFKM souligne l'importance du dialogue et de l'écoute mutuelle. Le conseil, qui regroupe des catholiques, l'église réformée FJKM, les luthériens et les anglicans, a fait écho à ses préoccupations, évoquant même le risque d'une potentielle "guerre civile". Dans cette optique, le FFKM insiste sur le fait que toutes les solutions à cette crise latente doivent être typiquement malgaches, évitant ainsi toute influence ou intervention extérieure.


L'appel du FFKM ne s'adresse pas seulement à un camp politique, mais vise à créer une plateforme où les partisans du président de la République peuvent s'asseoir à la même table que leurs opposants. Le but? Trouver un terrain d'entente, discuter des préoccupations et garantir que les prochaines élections se déroulent dans un environnement paisible et stable.


Cependant, malgré cette tentative louable de médiation, l'appel du FFKM semble être sur le point de rencontrer une résistance significative. Le gouvernement actuel, qui était notablement absent lors de l'annonce de la déclaration à Mandrimena, semble déterminé à aller de l'avant avec le calendrier électoral prévu. En attestent les propos du Premier ministre, Christian Ntsay, qui a déclaré que "les dates sont déjà définies" et que les préparatifs progressaient de manière satisfaisante, soulignant l'existence de dispositifs juridiques déjà en place.


Dans ce contexte de divergences d'opinions et de visions, la route vers les élections de novembre et décembre promet d'être tumultueuse. Le FFKM, en tant qu'organe religieux influent, rappelle que la paix et l'unité doivent être prioritaires. Il reste à voir comment les différentes parties prenantes répondront à cet appel à la réconciliation et au dialogue. Une chose est sûre, Madagascar est à un carrefour crucial, et les décisions prises dans les mois à venir définiront la trajectoire politique du pays pour les années à venir.

bottom of page