top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Gouvernement d’ouverture : opportunité ou manipulation politique ?


La déclaration du président de la République, Andry Rajoelina, en faveur de l'ouverture politique lors de son investiture a provoqué une onde de choc dans le paysage politique malgache. Cette annonce a immédiatement suscité l'intérêt des politiciens et a ravivé les ambitions des formations politiques de tous bords, y compris ceux qui ont été souvent accusés de retournements opportunistes.


Une volonté d'ouverture politique

Le discours du président récemment réélu a mis en avant son intention de favoriser une approche inclusive dans la gouvernance du pays en déclarant que son administration serait "ouverte à tout le monde". Cette déclaration a conduit à l'émergence de nombreuses personnalités politiques exprimant leur volonté de collaborer avec le nouveau régime. Leurs motivations varient, certaines mettant en avant leur affiliation politique, tandis que d'autres soulignent leurs origines comme un moyen de faire valoir leurs opinions. D'autres encore affirment leur soutien inconditionnel au président actuel lors de l'élection présidentielle. En conséquence, les allégeances envers Andry Rajoelina se multiplient, entraînant une reconfiguration des relations politiques.


Les opportunistes de retour

L'ouverture politique déclarée par Andry Rajoelina semble avoir créé un environnement propice à l'ambition politique. Des figures bien connues de la scène politique, y compris celles réputées pour leurs retournements opportunistes, manifestent un intérêt soudain pour collaborer avec le nouveau régime. Cette évolution met en lumière le pouvoir des paroles présidentielles dans le paysage politique, stimulant les aspirations de ceux qui voient dans cette ouverture une opportunité de redéfinir leur destin politique. Des personnalités telles que Riana Andriamandavy VII, Jean de Dieu Maharante et Ny Hasina Andriamanjato, qui ont déjà eu des implications politiques sous d'autres régimes, cherchent à revenir sur le devant de la scène.


Les défis de la nouvelle équipe gouvernementale

La formation du nouveau gouvernement est imminente, avec des informations suggérant que la nouvelle équipe sera mise en place au début de l'année prochaine. Cependant, la transition vers cette nouvelle direction politique pourrait être chaotique. Les partisans de longue date d'Andry Rajoelina, qui sont présents depuis son premier mandat, pourraient monopoliser l'attention politique, laissant peu de place aux nouveaux venus.


Malgré les éventuelles rivalités, le nouveau gouvernement sera confronté à des défis économiques complexes au cours des prochains mois. Les priorités sont avant tout économiques, et la réalisation des objectifs présidentiels nécessitera une équipe gouvernementale compétente, efficace et rigoureuse, au-delà des considérations partisanes. Les défis économiques imminents pour le premier semestre de 2024, tels que la maîtrise de l'inflation, le financement des infrastructures et le soutien à la compagnie d'électricité nationale (Jirama), exigent une expertise solide pour guider le pays à travers des eaux économiques tumultueuses.


La période à venir s'annonce tendue sur le plan politique, avec des opportunités à saisir, mais aussi des risques d'opportunisme politique. La question de savoir si cette ouverture politique est une véritable opportunité pour le pays ou une manipulation politique reste au cœur des débats, alimentant les discussions politiques à venir.

6 vues

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page