top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Guerre Israël-Hamas : les républicains tentent d’obliger Joe Biden à reprendre les livraisons d’armes à Israël


La Chambre des représentants américaine, sous contrôle républicain, a voté une mesure symbolique pour contraindre le président Biden à reprendre les livraisons d’armes à Israël, en plein conflit avec le Hamas.



Une mesure symbolique

Le 16 mai, la Chambre des représentants américaine, dominée par les républicains, a voté une mesure visant à forcer le président démocrate, Joe Biden, à mettre fin à sa suspension de livraison d’armement à Israël. Cette décision intervient dans un contexte de tensions exacerbées entre Israël et le Hamas, marquées par des affrontements violents et des pertes humaines significatives.


Cette mesure est principalement symbolique, car elle ne dispose pas du pouvoir de contraindre effectivement le président à agir. Cependant, elle reflète la pression politique exercée par les républicains sur l'administration Biden, en l'accusant de ne pas soutenir suffisamment Israël, un allié stratégique des États-Unis au Moyen-Orient.


Le contexte du conflit

Le conflit entre Israël et le Hamas a repris avec une intensité renouvelée, entraînant des destructions importantes et des pertes humaines des deux côtés. Israël, soutenu par une partie significative de l'opinion publique américaine et des leaders républicains, considère que la fourniture d'armes est cruciale pour sa sécurité nationale et sa capacité à se défendre contre les attaques du Hamas.


Le Hamas, désigné comme une organisation terroriste par de nombreux pays, dont les États-Unis et l'Union européenne, contrôle la bande de Gaza et a lancé de nombreuses roquettes sur Israël, provoquant des ripostes militaires israéliennes. La suspension des livraisons d'armes par l'administration Biden a été vue comme une tentative de pression pour inciter à une désescalade et encourager des négociations de paix.


Les enjeux politiques

Pour les républicains, cette mesure vise également à capitaliser sur le soutien à Israël parmi leurs électeurs et à critiquer la politique étrangère de Joe Biden. Les tensions au sein du Congrès américain reflètent les divisions profondes sur la politique à adopter vis-à-vis du conflit israélo-palestinien.


Les démocrates, pour la plupart, soutiennent une approche plus équilibrée, mettant l'accent sur la protection des civils et la recherche d'une solution à deux États. Les républicains, en revanche, insistent souvent sur un soutien inconditionnel à Israël, justifiant cette position par des raisons de sécurité et d'alliance stratégique.


La Fédération palestinienne de football appelle la FIFA à suspendre Israël

En réaction au conflit à Gaza, la Fédération palestinienne de football a demandé la suspension d’Israël de la FIFA, ce qui a provoqué une réponse vigoureuse de la Fédération israélienne de football.


Une demande controversée

Le 17 mai, lors du congrès de la FIFA à Bangkok, la Fédération palestinienne de football a appelé à la suspension immédiate d’Israël de l’instance dirigeante du football mondial. Jibril Rajoub, président de la Fédération palestinienne, a déclaré : « La balle est dans votre camp » en s'adressant à Gianni Infantino, président de la FIFA.


Cette demande est une réaction directe au conflit en cours à Gaza, où les affrontements entre les forces israéliennes et le Hamas ont entraîné des destructions massives et des pertes humaines importantes. La Fédération palestinienne argue que les actions israéliennes dans les territoires occupés justifient cette suspension.


Réactions et réponses

La Fédération israélienne de football (IFA) a qualifié cette demande de « tentative cynique » de « nuire au football israélien ». Le président de l’IFA, Shino Moshe Zuares, a déclaré que cette proposition n’avait « rien à voir avec l’IFA et ses activités », soulignant que le conflit politique ne devrait pas interférer avec le sport.


Gianni Infantino, président de la FIFA, a répondu en mandatant « une expertise légale indépendante » pour examiner la demande palestinienne. Les conclusions de cette expertise seront présentées au Conseil de la FIFA, qui se réunira de manière extraordinaire d’ici au 20 juillet pour prendre les décisions appropriées.


Les implications pour le sport et la politique

La demande de suspension d’Israël de la FIFA par la Fédération palestinienne reflète les tensions politiques profondes et leur impact sur le monde du sport. Si la FIFA accepte cette demande, cela pourrait avoir des répercussions significatives sur le football israélien, y compris l’exclusion des compétitions internationales et des sanctions financières.


D’un autre côté, refuser la demande pourrait être perçu comme un soutien tacite aux actions israéliennes dans les territoires occupés, aggravant les tensions politiques. Cette situation place la FIFA dans une position délicate, devant naviguer entre le respect des principes sportifs et les pressions politiques internationales.


La mesure votée par les républicains pour contraindre Joe Biden à reprendre les livraisons d'armes à Israël et la demande de suspension d'Israël de la FIFA par la Fédération palestinienne de football sont deux exemples de la manière dont le conflit israélo-palestinien continue d’avoir des répercussions mondiales. Ces événements montrent comment les tensions politiques et les conflits armés peuvent s’étendre bien au-delà des frontières nationales, affectant des domaines aussi divers que la politique intérieure américaine et le sport international.

4 vues

Comments


bottom of page