top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Hanoukka à l’Elysée : un acte contesté au nom de la Laïcité


La récente célébration de la fête religieuse juive de Hanoukka à l’Elysée a déclenché une polémique parmi les représentants de l'opposition politique. Jeudi soir, le grand rabbin de France a allumé la première bougie de cette fête religieuse juive au palais présidentiel. Cette scène, partagée sur les réseaux sociaux par le rabbin Mendel Samama, a été critiquée pour avoir transgressé le principe de laïcité, pilier de la République. La cérémonie, en présence du grand rabbin Haïm Korsia et du président de la République Emmanuel Macron, a provoqué des remous à deux jours du 118e anniversaire de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat.


La critique de l'opposition politique

Pour l'opposition politique, cette cérémonie est perçue comme une "faute politique". Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Yonathan Arfi, a souligné que cette initiative ne trouvait pas sa place à l'Elysée, arguant que "l’ADN républicain, c’est de se tenir loin de tout ce qui est religieux". Le secrétaire national à la laïcité du Parti socialiste (PS), Jérôme Guedj, a exprimé son étonnement quant à la participation de Macron, estimant que "Hanoukka est une fête religieuse à laquelle aucun élu de la République ne devrait participer". La réaction ironique du député La France insoumise (LFI) François Ruffin, comparant l'événement à une possible célébration de Pâques ou de l’Aïd à l'Elysée, reflète également cette opposition à la présence d'une manifestation religieuse au sein du palais présidentiel.


Perspectives divergentes sur la Laïcité et la présence à l’Elysée

Les divergences sur la question de la laïcité et de la séparation entre le religieux et l'Etat se manifestent à travers les différentes réactions. Certains estiment que la représentation religieuse à l'Elysée remet en cause le principe de laïcité, tandis que d'autres considèrent que la participation présidentielle à une célébration religieuse est inappropriée, voire dangereuse dans le contexte géopolitique actuel, faisant référence au conflit entre Israël et le Hamas.


Un débat sur la Laïcité et le rôle institutionnel

La célébration de Hanoukka à l’Elysée a ainsi soulevé une discussion enflammée sur la nature de la laïcité en France et le rôle que les institutions devraient jouer dans la représentation ou la participation à des événements religieux. Les débats persistent quant à la frontière entre la sphère publique et la sphère religieuse, remettant en question la pertinence de telles célébrations au sein des institutions politiques de la République.

7 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page