top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

HRW met en garde contre un « possible génocide » au Darfour dans la guerre au Soudan

Un rapport accablant de Human Rights Watch (HRW) publié le 9 mai alerte sur la possibilité d'un « génocide » commis au Darfour par les Forces de soutien rapide (FSR) et les milices alliées. Selon l'ONG, ces forces paramilitaires mènent une campagne systématique de violences ciblant les communautés ethniques non arabes, particulièrement l'ethnie massalit.



La campagne de nettoyage ethnique

HRW révèle dans son rapport que les FSR, soutenues par les milices alliées, ont lancé une série d’attaques contre la population massalit et d’autres groupes non arabes dans l'ouest du Soudan, dans le cadre d'une campagne de nettoyage ethnique. L'ONG accuse ces forces paramilitaires de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité et de nettoyage ethnique. Cette campagne a entraîné la mort de dizaines de milliers de personnes, dont environ 15 000 retrouvées à Al-Geneina, ville de la région du Darfour occidental.


L'escalade des violences

Le rapport de 186 pages, couvrant la période allant de fin avril à début novembre 2023, documente les atrocités commises par les FSR et leurs milices alliées. Les violences ont atteint leur paroxysme en juin, avec des milliers de victimes en quelques jours seulement. Les FSR auraient également organisé des viols de masse, des actes de torture et des pillages ciblant systématiquement les communautés massalit. Ces exactions se sont intensifiées à nouveau en novembre, poursuivant un cycle de violence ininterrompu.


Les enjeux politiques et militaires

Le conflit entre l'armée régulière soudanaise et les FSR a commencé en avril 2023, déclenchant une guerre civile dévastatrice qui s'est rapidement propagée dans le pays, mais a frappé particulièrement fort la région du Darfour. Les FSR, dirigées par le général Mohamed Hamdan Dagalo, alias « Hemedti », ont été accusées de profiter de la guerre pour consolider leur contrôle sur certaines régions du Soudan, au détriment des populations civiles.


Appels à l'action internationale

Face à l'ampleur des crimes dénoncés dans le rapport, Human Rights Watch appelle la communauté internationale à agir d'urgence pour prévenir un « possible génocide » au Darfour. L'ONG exhorte les Nations unies, l'Union africaine et d'autres organisations internationales à prendre des mesures pour protéger les civils et enquêter sur les responsables des crimes documentés.


Elle demande également l'envoi d'observateurs indépendants dans la région et la mise en place de sanctions ciblées contre les dirigeants des FSR et des milices alliées. Les appels à une cessation immédiate des hostilités résonnent avec d'autant plus d'urgence que la situation sécuritaire au Darfour demeure extrêmement précaire.


Le rapport de Human Rights Watch met en lumière une réalité inquiétante au Darfour, où les FSR et les milices alliées poursuivent une campagne systématique de nettoyage ethnique contre les communautés non arabes. La gravité des violences signalées par l'ONG exige une réponse internationale forte pour empêcher un génocide. La protection des populations civiles doit être une priorité, et les responsables de ces crimes de guerre doivent être traduits en justice pour que la paix et la stabilité puissent revenir dans cette région tourmentée.

1 vue0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page