top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Incertitudes électoralistes : Les ailes du pouvoir s'agitent

Les tambours de l'élection présidentielle retentissent, mais les politiques semblent jouer une symphonie de l'incertitude.

Alors que l'horloge électorale continue de tic-tac vers la date limite pour le dépôt des candidatures, l'atmosphère se réchauffe dans les cercles politiques. Les stratégies sont en cours d'élaboration, et l'inconnu semble être la seule constante. Tous les scénarios sont sur la table, y compris ceux qui semblent sortir tout droit d'un film de science-fiction.


En marge de sa visite récente à La Réunion, le président du Sénat, Herimanana Razafimahefa, a fait une déclaration intéressante. Sur le plateau d'une station de télévision locale, il a assuré qu'aucune décision majeure ne serait prise pendant qu'il assumerait l'intérim de la présidence. Cette déclaration semble être une évidence pour le président du Sénat, qui serait propulsé à la tête de l'État si le président actuel décidait de se présenter pour un autre mandat. Dans ce cas, Razafimahefa prendrait le relais des responsabilités présidentielles jusqu'à ce que le nouveau chef de l'État soit investi.


Le président en exercice, Andry Rajoelina, est resté évasif sur ses intentions électorales pour le scrutin du 9 novembre 2023. Il a gardé le silence sur ses plans, réservant l'annonce aux citoyens malgaches, à qui il est actuellement responsable en tant que président. Bien que ses actions et ses déclarations puissent suggérer qu'il cherche à rester en poste pour un autre mandat de cinq ans, Rajoelina a adopté une posture de détachement, ou "mody mitapy" en langue locale.


Le président élu pourrait garder le secret sur son intention de se présenter à la présidence, créant un climat de spéculation parmi les observateurs politiques. Les déclarations seront faites avec gravité, qu'il choisisse de se présenter ou non. Pendant ce temps, les hypothèses fusent et la rumeur gronde. Les dirigeants du parti présidentiel, le TGV, ont opté pour le boulodrome de Tongarivo à Tanjombato pour lancer un appel à candidature, suggérant un possible changement dans les hautes sphères du pouvoir. Cependant, reste à voir si ce bouleversement produira des résultats tangibles ou s'il se révélera être une échappée sans issue.


L'attention est également portée sur un proche d'Andry Rajoelina, dont l'intervention médiatique est attendue cette semaine. Même s'il n'est pas membre de la délégation présidentielle actuelle au Rwanda, ses commentaires pourraient fournir des indices sur les plans du président. Plus d'un an après sa dernière interview télévisée en avril 2022, le mystère persiste. En ces temps d'incertitude, le doute règne alors que nous nous approchons du mois d'août et de la date limite pour le dépôt des candidatures à la présidence.

3 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page