top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Inde : Réécriture de l'histoire suscitant l'indignation.

La sortie de nouveaux livres scolaires de secondaire en Inde a suscité une controverse majeure alors que le gouvernement nationaliste hindou a fait enlever des parties importantes de l'histoire musulmane du pays, suscitant la critique des historiens qui voient cela comme une tentative de réécrire l'histoire et de diaboliser les musulmans.


Le Conseil indien pour l'éducation a récemment annoncé son intention de faciliter la reprise pédagogique après la pandémie de Covid-19 en allégeant les livres scolaires. Cependant, cette réduction semble être sélective, car une grande partie de l'histoire moghole et musulmane a été supprimée. Cette période, qui s'étend sur plusieurs siècles, est considérée comme l'une des plus importantes de l'histoire indienne, mais les actes violents des hindouistes, tels que l'assassinat de Gandhi ou les pogroms anti-musulmans de 2002, sont édulcorés. Cette réécriture de l'histoire suscite des inquiétudes chez les historiens, qui voient cela comme une tentative de diaboliser les musulmans et d'effacer leur contribution à l'histoire du pays.


Aditya Mukherjee, historien et président du Congrès indien d'histoire, a déclaré que cette réécriture était choquante et inquiétante. Il a affirmé qu'il y avait une tentative d'effacer les musulmans de l'histoire indienne, et que cette suppression de l'histoire moghole pourrait précéder un génocide. Cependant, un dirigeant du Bharatiya Janata Party (BJP) au pouvoir a applaudi cette mesure, affirmant que les Moghols étaient "des voleurs, des pilleurs et des décadents" et que "leur place n'est pas dans des livres d'histoire, mais dans une poubelle". Cette position controversée met en lumière les tensions politiques et religieuses en Inde, ainsi que la bataille en cours pour contrôler la narration de l'histoire du pays.

35 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page