top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Inondations meurtrières en Inde : des régions dévastées par des pluies torrentielles

L'Inde est touchée par de dévastatrices inondations : bilan, zones impactées et actions des autorités en bref.


La récente mousson en Inde a déclenché une série de catastrophes naturelles, entraînant la mort d'au moins 65 personnes. Les états de l'Uttarakhand et de l'Himachal Pradesh ont été particulièrement touchés par des inondations et des glissements de terrain. À Himachal Pradesh, le bilan s'alourdit avec 52 victimes depuis dimanche, et les autorités rapportent l'effondrement d'un temple dédié à Shiva, faisant 11 victimes. Les images montrent des secours extrayant des corps des décombres, et le ministre en chef de l'État, Sukhvinder Singh Sukhu, a conseillé aux résidents de rester à l'écart des zones à risque.


Le Premier ministre Narendra Modi et la présidente Droupadi Murmu ont exprimé leur profonde sympathie et préoccupation face à la situation. Modi a assuré une collaboration étroite entre les autorités locales et nationales pour gérer cette crise. Le phénomène des moussons, bien que vital pour l'agriculture et la recharge des nappes phréatiques, devient de plus en plus imprévisible et dévastateur, probablement exacerbé par les changements climatiques. Les infrastructures essentielles, telles que les routes et les réseaux ferroviaires, ont été gravement endommagées, entravant considérablement les efforts de secours.


L'Uttarakhand a également vu des équipes de secours en action, tentant de sauver des personnes prises au piège par les glissements de terrain. La ville touristique de Rishikesh, située près des rives du Gange, a été particulièrement touchée avec plusieurs de ses résidents et visiteurs pris au piège. Au total, 13 personnes ont perdu la vie dans cet État en raison des intempéries. Ces pluies de mousson, qui représentent près de 80 % des précipitations annuelles de la région, sont devenues une double épée à double tranchant pour l'Asie du Sud, apportant à la fois la vie et la destruction.

Comentarios


bottom of page