top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Kaspersky interdit aux États-Unis : un nouveau front dans la guerre cybernétique

Le 20 juin, Washington a annoncé l'interdiction du logiciel antivirus russe Kaspersky aux États-Unis, invoquant des inquiétudes concernant les liens supposés de l'entreprise avec le gouvernement russe, une accusation que Kaspersky nie vigoureusement.



Une interdiction qui fait polémique

Le département américain du Commerce a déclaré que Kaspersky ne pourrait plus vendre ses logiciels ou fournir des mises à jour aux utilisateurs américains. Cette interdiction s'étend également aux filiales et sociétés affiliées de Kaspersky Lab. Toutefois, une période de transition jusqu'au 29 septembre a été accordée pour permettre aux utilisateurs de trouver des alternatives. Cette décision marque une étape majeure dans la confrontation entre les États-Unis et la Russie sur le front de la cybersécurité.


Réactions de Kaspersky

Kaspersky a immédiatement condamné cette décision, la qualifiant de réaction basée sur des "craintes théoriques" et un "climat géopolitique actuel". L'entreprise insiste sur son indépendance vis-à-vis de tout gouvernement, affirmant que les États-Unis ont ignoré les preuves fournies démontrant cette indépendance. Selon Kaspersky, cette interdiction pourrait finalement bénéficier à la cybercriminalité en limitant les options de sécurité disponibles pour les utilisateurs.


L'argument de l'indépendance

Depuis des années, Kaspersky se défend contre les accusations de collusion avec le gouvernement russe. L'entreprise a souvent souligné ses efforts pour prouver son indépendance, notamment par des audits de sécurité indépendants et la relocalisation de certaines de ses infrastructures hors de Russie. Malgré ces mesures, les soupçons persistent, alimentés par le contexte géopolitique tendu entre Washington et Moscou.


Implications pour les utilisateurs

L'interdiction de Kaspersky aux États-Unis oblige les utilisateurs à chercher des alternatives. Cette transition pose des défis, car Kaspersky est l'une des références mondiales en matière de sécurité informatique, réputée pour ses technologies avancées de détection des menaces. Les utilisateurs devront évaluer d'autres solutions qui offrent un niveau de protection similaire, ce qui peut entraîner des coûts et des complications supplémentaires.


Un impact sur la concurrence

Cette interdiction pourrait également avoir des répercussions sur le marché mondial de la cybersécurité. D'autres entreprises de cybersécurité pourraient bénéficier de cette décision, en captant les parts de marché laissées vacantes par Kaspersky. Cependant, cela pourrait aussi exacerber la fragmentation du marché, chaque pays cherchant à promouvoir ses propres solutions de sécurité, renforçant ainsi les barrières technologiques entre les nations.


L'interdiction de Kaspersky aux États-Unis s'inscrit dans un contexte de méfiance croissante entre les grandes puissances mondiales sur les questions de cybersécurité. Bien que l'entreprise russe continue de nier tout lien avec le gouvernement de Moscou, la décision de Washington reflète une tendance à la sécurisation des infrastructures nationales contre les influences étrangères perçues. Ce nouvel épisode souligne l'importance de la confiance et de la transparence dans le domaine de la cybersécurité, des valeurs essentielles dans un monde de plus en plus interconnecté et vulnérable aux cybermenaces.

3 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page