top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Khaled Nezzar : portrait d'un acteur controversé


Khaled Nezzar, figure de proue des luttes ayant émaillé l'histoire de l'Algérie, s'est éteint à l'âge de 86 ans, laissant derrière lui un héritage complexe. Ancien ministre de la défense algérien, il a marqué de son empreinte les événements les plus tumultueux du pays. Sa disparition intervient au lendemain de l'annonce du début de son procès en Suisse pour des accusations de « crimes de guerre et crimes contre l’humanité » prévu en juin 2024.


Un parcours militaire remarquable

Né le 25 décembre 1937 à Seriana, Khaled Nezzar a débuté son parcours dans l'armée française en 1949, passant par diverses étapes formatrices avant de rejoindre l'Armée de libération nationale algérienne en Tunisie en tant que « DAF », déserteur de l'armée française, bénéficiant de compétences militaires reconnues. Après l'indépendance de l'Algérie, son ascension militaire fut fulgurante, occupant des postes stratégiques qui ont forgé sa réputation.


Une figure centrale de l'histoire algérienne

En 1986, sa nomination en tant que commandant de forces terrestres a marqué un tournant, l'amenant à devenir un pilier du système politique autoritaire qui a caractérisé l'Algérie depuis son indépendance en 1962. Son rôle a été particulièrement crucial lors de la révolte d'octobre 1988, période où le président Chadli Bendjedid lui a confié la mission de rétablir l'ordre, s'en suivant d'une répression brutale ayant conduit à un bilan tragique de plus de 500 morts, selon des sources non officielles.


Une vie controversée

Le parcours de Khaled Nezzar est entaché de controverses. Sa brutalité durant la révolte d'octobre 1988 a laissé des cicatrices profondes dans l'histoire algérienne, marquée par des arrestations massives, des actes de torture et des violations des droits de l'homme, dénoncés dans le Cahier noir.


Une justice tardive

Sa disparition survient peu après l'annonce de son procès en Suisse pour des accusations graves liées à des « crimes de guerre et crimes contre l’humanité ». Cette procédure judiciaire devait débuter en juin 2024, soulignant les séquelles persistantes des événements troubles qu'il a été impliqué.


Le décès de Khaled Nezzar met fin à une époque marquée par des luttes, des controverses et des implications politiques considérables, laissant derrière lui une empreinte complexe et controversée dans l'histoire de l'Algérie.

8 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page