top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Législatives à Madagascar : L'opposition en route pour une plainte commune

Face aux élections législatives en cours, l'opposition malgache envisage une plainte commune contre les candidats du pouvoir, soulignant des infractions et des abus électoraux répétés.



Une situation tendue pour la HCC

La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) de Madagascar se trouve dans une position délicate alors que les élections législatives avancent. Depuis le début du processus électoral, les candidats de l’opposition ont dénoncé plusieurs infractions et abus. La tension monte à mesure que les opposants envisagent une procédure judiciaire contre les candidats du pouvoir, ce qui ajoute une pression supplémentaire sur la HCC.


Des infractions électorales en série

Les réactions des candidats de l’opposition face aux activités présidentielles sont vives. La tournée du président Andry Rajoelina, qui coïncide avec la campagne électorale, suscite indignation et incompréhension. Hanitra Razafimanantsoa, candidate du parti Firaisankina dans le Ier Arrondissement, a évoqué une plainte commune en préparation contre les candidats du pouvoir. Cette plainte pourrait être déposée avant ou après le scrutin du 29 mai, et pourrait inclure des requêtes pour disqualification des candidats incriminés.


Les tournées présidentielles sous le feu des critiques

La présidence de la République a mené des « descentes sur terrain » dans environ 38 districts, une initiative qualifiée d’inaugurations déguisées par l’opposition. Ces activités, qui se poursuivent jusqu’à la fin de la campagne électorale le 27 mai, sont perçues comme des manœuvres pour soutenir les candidats du pouvoir. Les organisations de la société civile, telles que le KMF-CNOE, ont exprimé leur étonnement face à ces pratiques inédites dans l’histoire postcoloniale du pays.


La HCC et la CENI devant leurs responsabilités

La HCC et la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) sont sous intense surveillance. Florent Rakotoarisoa, président de la HCC, avait affirmé en début de campagne que son institution veillerait au respect strict de la loi. Cependant, ces institutions continuent de faire face à des critiques sévères depuis plusieurs mois. Les candidats du Firaisankina restent les plus vocaux sur ces questions, mettant en lumière les tensions persistantes.


Les initiatives présidentielles dans les districts

Dans le cadre de sa tournée, le président Rajoelina a distribué des kits solaires à Ikongo, dans le fief du député Jean Brunelle Razafitsiandraofa. Cette initiative, bien que présentée comme un effort social, est interprétée par l’opposition comme une tentative de renforcer la crédibilité des candidats du pouvoir en plein déficit de confiance.


Des divisions au sein de l'opposition

Bien que l’opposition envisage une plainte commune, des querelles internes subsistent. La scission récente du Collectif des candidats complique la possibilité de parvenir à une action unifiée. Les leaders de l’opposition doivent encore surmonter ces différends pour formuler une plainte commune cohérente.


La situation électorale à Madagascar est marquée par des tensions croissantes entre le pouvoir et l’opposition. Alors que les infractions électorales présumées et les tournées présidentielles controversées alimentent les débats, la HCC et la CENI sont appelées à jouer un rôle crucial pour garantir des élections libres et équitables. L’éventualité d’une plainte commune de l’opposition ajoute une dimension supplémentaire à ce climat déjà tendu.

7 vues0 commentaire

Comments


bottom of page