top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Législatives à Madagascar : Rossy et Narson Rafidimanana voient leurs candidatures rétablies



Dans un retournement de situation marquant, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) de Madagascar a rétabli et validé les candidatures de plusieurs candidats initialement recalés par l’Organe de Vérification et d’Enregistrement des Candidatures (OVEC). Parmi eux, Rossy, célèbre artiste et candidat indépendant du 4ème Arrondissement de la capitale, et Narson Rafidimanana, du regroupement Firaisankina à Antanifotsy, ont vu leurs dossiers acceptés juste à temps pour la campagne des législatives prévues le 29 mai.


Cette décision intervient après plusieurs jours de tension politique, durant lesquels l'opposition a vivement critiqué les rejets initiaux par l'OVEC, suggérant même l'existence d'une "liste noire" visant à écarter certains candidats. La députée Hanitra Razafimanantsoa, candidate dans le 1er arrondissement de la capitale, a notamment exprimé des inquiétudes quant à la tentative d'empêcher l'élection de certains candidats.


Une campagne sous tension

Le cas de Rossy, de son vrai nom Paul Bert Rahasimanana, a particulièrement retenu l'attention. Son dossier, jugé incomplet quelques jours plus tôt, a été un sujet de satisfaction pour ses rivaux politiques, notamment pour Jean Nirina Rafanomezantsoa qui a rejoint Désiré Rafidimanana, candidat de l’IRMAR. La dynamique compétitive entre Rossy et ses adversaires a donné lieu à des échanges houleux, typiques de l'ambiance électrique prévalant avant les élections.


Rossy, qui s'est fait connaître pour ses engagements musicaux et politiques, a rapidement rebondi en publiant une chanson de campagne, signifiant clairement à ses concurrents qu'il était toujours dans la course.


Soulagement et satisfaction

La validation de la candidature de Narson Rafidimanana a également été accueillie avec soulagement par ses partisans et les membres de Firaisankina. La décision de la CENI fait suite à une plainte formelle déposée par son avocat et l'ancien président Marc Ravalomanana, co-leader du regroupement, qui ont contesté le rejet initial de sa candidature.


Cette nouvelle donne, redéfinissant le paysage électoral à quelques semaines du scrutin, permet à ces candidats de reprendre leur campagne, armés de nouveaux arguments pour convaincre les électeurs.


Des implications plus larges

Les décisions de la CENI soulignent les défis de transparence et d'équité auxquels sont confrontés les processus électoraux à Madagascar. Les observateurs notent que les actions de la CENI pourraient redéfinir les standards de conduite électorale dans le pays, avec des implications potentielles pour la stabilité politique et la crédibilité des institutions démocratiques.


Alors que la campagne officielle bat son plein, tous les yeux sont désormais tournés vers l'issue des élections, avec l'espoir que celles-ci se déroulent dans un climat de fair-play et de respect mutuel entre les candidats.

15 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page